L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des actualités qui font sens et à des analyses sérieuses et dont les sources ont été vérifiées. Nous diffusons une information d’intérêt général, accessible à tous, utile à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Tout cela prend beaucoup de temps et nécessite de l’argent. Sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance dépendent de votre engagement dans cette aventure. Aidez-nous à atteindre 80 000 €, afin que nous puissions continuer à enquêter et produire de l’information en toute indépendance.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

À lire sur Télérama

L’algorithme dans la peau : de la nécessité d’apprendre à coder

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Il est à peine 9 heures, en ce matin ensoleillé de juillet. Une dizaine d’apprentis codeurs sont déjà à pied d’œuvre dans les locaux de Magic Makers, près du quartier Pigalle, à Paris. On les entend de la rue : non pas leurs doigts qui tapotent sur les claviers, mais des voix, qui traduisent l’agitation des sens et des neurones. « C’est le troisième jour de stage et les enfants sont à fond », lance, joviale, Claude Terosier. Cofondatrice de cette jeune entreprise avec Sébastien, son associé, elle est l’une des nombreuses personnes en France à croire en la nécessité d’enseigner le code informatique aux enfants. « Notre but n’est pas de former de futurs ingénieurs, tempère-t-elle. Il s’agit surtout de sensibiliser de futurs citoyens à l’informatique. Aujourd’hui, on ne fait plus rien sans ordinateurs, mais on sait de moins en moins comment ils fonctionnent. » Smartphones, voitures, fours, alarmes : le code, ce langage qui régit le fonctionnement de tous les appareils électroniques, est partout. Paradoxe : il n’a jamais été ­aussi invisible et insaisissable. « Le but, à terme, est d’aider les enfants, mais ­aussi bientôt les adultes, à reprendre la main sur ces machines qui nous échappent », renchérit Sébastien. Et, comme le héros du film Matrix, de percer le secret de la matrice du monde ?

Lila, Hector, Oscar et leurs copains de stage chez Magic Makers n’en sont pas encore là. Mais ce sont eux qui, demain, voteront de manière électronique, posséderont des imprimantes 3D à domicile et décideront eux-mêmes, peut-être, du périmètre de leur vie numérique. Avec, dans un coin de leur tête, cette équation, chère à l’essayiste américain Douglas Rushkoff : programmer ou être programmés ?

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos