Recherche

L’agriculture biologique doit-elle être productiviste et plus compétitive ?

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

« Comment rendre l’agriculture biologique plus productive et plus compétitive ? ». C’est la question à laquelle devait répondre l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), à la demande du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, chargé de soutenir le gouvernement dans sa réflexion sur les grandes orientations nationales. Publié le 14 octobre dernier, le document de l’Inra a suscité quelques remous parmi les chercheurs et les acteurs de l’agriculture biologique.

Selon le syndicat Sud recherche, les recommandations finales de ce rapport très fourni et détaillé sont « stupéfiantes ». Et notamment la partie dédiée à la « conventionnalisation », cette tendance de l’agriculture biologique à adopter des caractéristiques de l’agriculture conventionnelle, notamment en terme d’échelle. Les chaînes d’approvisionnement en produits bio tendent à s’internationaliser, donnant l’avantage au plus offrant (lire notre article, L’agriculture bio prise au piège de la grande distribution). Le rapport tranche pour un relâchement des contraintes de l’agriculture biologique, déplore le syndicat. Et recommande notamment d’y autoriser l’usage des pesticides de synthèse !

Changer de lunettes

Le rapport dresse également un historique de l’agriculture biologique. Alors qu’il existe des travaux de recherche en interne et un document de référence [1], le document de l’Inra préfère se référer à deux auteurs connus pour leur hostilité vis-à-vis de l’agriculture biologique [2], s’indigne le syndicat Sud recherche.

« Il faut sortir d’une logique d’opposition entre différents systèmes au profit d’une complémentarité et d’apprentissages mutuels », répond Hervé Guyomard, auteur de la synthèse controversée, interrogé par Basta !. L’agriculture biologique peut être une réponse, parmi d’autres, à la nécessaire évolution des systèmes agricoles et agro-alimentaires, précise-t-il. « Elle ne permettra pas de sortir de la crise dans laquelle plusieurs secteurs sont plongés. Mais elle fait partie de la palette des systèmes et des évolutions à encourager en réponse à la crise. »

De son côté, la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) estime que la question de départ de cette recherche est mal posée : l’Inra présuppose que l’agriculture bio n’est pas productive, ni compétitive, comparée à l’agriculture « conventionnelle ». « Le rapport de l’Inra répond à un appel d’offre. M. Guyomard était donc obligé de conclure, en fonction de la commande, et donc de la question posée. Ce qu’il faut, c’est changer de lunettes. C’est un exercice difficile pour l’appareil d’État, Inra compris. »

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos