Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Climat

L’Allemagne renonce enfin au charbon et sauve une forêt millénaire menacée par une multinationale

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

La forêt de Hambach, dans l’ouest du pays, menacée par l’extension d’une mine de lignite, sera sauvée, au moins jusqu’à 2020. Une belle victoire pour ses défenseurs, dont la lutte est devenue emblématique du mouvement climatique allemand. La commission chargée de plancher sur une sortie du charbon, qui fournit de l’électricité à plus d’un tiers de la population, a également annoncé une date pour l’arrêt définitif de son extraction et de sa combustion : 2038. La reconversion de l’industrie et de ses salariés ainsi que le développement des énergies renouvelables pour remplacer le très polluant charbon devraient coûter 80 milliards d’euros.

Après des mois de manifestations cet été et cet automne, une « zone à défendre » installée dans les arbres et un mort pendant l’opération policière d’évacuation, la forêt – millénaire – de Hambach, dans l’ouest de l’Allemagne, semble bel et bien sauvée. Le groupe énergétique allemand RWE prévoyait d’y démarrer l’abattage des arbres en octobre dernier pour agrandir sa mine de charbon à ciel ouvert. Les autorités de la région ont annoncé la semaine dernière qu’aucuns travaux de déboisement n’auraient lieu avant 2020.

Fin janvier, la commission chargée d’étudier les scénarios possibles de sortie allemande du charbon a recommandé de préserver définitivement la forêt de Hambach. Cette « Commission charbon » a aussi précisée une échéance importante : celle où l’Allemagne ne devra plus recourir au très polluant charbon pour produire de l’électricité. Le pays aura jusqu’en 2038 pour fermer l’ensemble de ses centrales au charbon, qui alimente encore plus d’un tiers de la population en électricité. Le rapport final de cette commission qui réunit des élus, des représentants des entreprises énergétiques, des syndicats et des organisations environnementales propose une sortie du charbon planifiée et progressive, sur le modèle de la sortie du nucléaire. Une partie des centrales à charbon allemandes devront ainsi fermer dès 2022. Aucune nouvelle centrale ne sera construite. Les projets de nouvelles mines de charbon à ciel ouvert ne devraient pas non plus voir le jour.

Lire notre article : En Allemagne, des villages entiers sont rasés pour laisser place à de gigantesques mines de charbon

Manifestation pour la sortie du charbon et la préservation de la forêt de Hambach, octobre 2018. CC Campact vie Flickr.

La forêt millénaire de Hambach n’aura donc pas besoin d’être rayée de la carte. Ce bois est devenu emblématique de la lutte qui se joue depuis plusieurs années pour en finir avec le charbon allemand. La consommation de cette énergie très émettrice de CO2 n’a pas augmenté depuis la décision de 2011 de sortir du nucléaire en 2022, mais elle représente toujours plus de 36 % de l’électricité consommée dans le pays. L’Allemagne extrait toujours chaque année plus de 170 millions de tonnes de lignite de ses sous-sols. Les opérations d’occupation des mines à ciel ouvert par le mouvement Ende Gelände depuis 2015, la ZAD de cabanes érigée dans de la forêt de Hambach, puis les grèves lycéennes pour le climat qui ont commencé dès décembre outre-Rhin, ont contribué à placer la sortie du charbon au cœur du débat public.

Une date de sortie jugée trop lointaine face à l’urgence climatique

L’échéance de 2038 apparaît comme une étape historique pour la transition énergétique allemande. Elle semble cependant très lointaine face à l’urgence climatique. « Les recommandations de la commission ne correspondent pas aux exigences de l’accord de Paris pour le climat », estime l’association environnementale Bund, la branche allemande des Amis de la terre. Pour elle, il faudrait sortir du charbon d’ici à 2030, date à laquelle 65 % de la consommation de l’électricité allemande devrait provenir des énergies renouvelables. Le grand groupe énergétique allemand RWE, qui exploite les mines et centrales à charbon de la Ruhr, s’est de son côté inquiété de l’annonce : « Les propositions de la commission auront de sérieuses conséquences sur le business de la lignite de RWE ». Le PDG de l’entreprise a ajouté : « Nous sommes engagés pour préserver les intérêts de nos travailleurs et de nos actionnaires. » En septembre dernier, RWE affirmait encore qu’une sortie du charbon en 2038 était « inacceptable ». Dans les années 1990, l’entreprise avait obtenu une autorisation pour exploiter le charbon rhénan jusqu’en 2045.

Une mine de lignite dans l’est de l’Allemagne. ©Rachel Knaebel.

Pour devenir contraignantes, les propositions de la commission charbon devront encore être transposées en loi, et être financées. La commission a estimé à 40 milliards d’euros les sommes qu’il faudrait allouer aux régions minières allemandes pour leur reconversion. Un plan est également prévu pour les 20 000 personnes qui travaillent encore dans les mines et les centrales à charbon : des formations seront financées ainsi que des départs en retraites anticipés. L’État allemand devrait aussi dédommager les entreprises du secteur et intervenir pour modérer la hausse des prix de l’électricité.

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

En tout, cette sortie du charbon pourrait coûter 80 milliards d’euros, sur 20 ans, à l’Allemagne. « La sortie du charbon n’aura pas ou presque pas d’effets sur les prix de l’électricité, affirme toutefois les Amis de la terre Allemagne. Surtout si le développement des énergies renouvelables avance comme il le doit. » Aujourd’hui, un tiers de l’électricité allemande vient des énergies renouvelables. En France, si la part du charbon dans la consommation électrique est déjà très marginale (1,8 %), celle des énergies renouvelables demeure, avec 16 %, très en dessous des capacités allemandes.

Rachel Knaebel

Photo : Occupation d’une mine de charbon de la Rhur par des militants écologistes / CC Ende Gelände

Lire aussi :
- Sur fond d’intervention policière, les mobilisations se poursuivent en Allemagne pour une sortie du charbon
- En Allemagne, des dizaines de milliers de manifestants pour protéger la forêt de Hambach
- Chute mortelle lors de l’évacuation de la Zad anti-charbon de la forêt de Hambach
- En Pologne, un bras de fer s’engage pour sauver la dernière forêt primaire d’Europe de l’exploitation intensive

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos