Témoignages Stress au travail

« Je n’hésiterai pas à porter plainte contre France Télécom »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Cadre chez France Télécom, Martine a écrit, le 17 septembre, une lettre à la direction des ressources humaines. Elle y décrit le « harcèlement managérial » dont elle a été l’objet et raconte sa souffrance de « se sentir inutile et transparente ». Elle envisage de porter plainte contre le groupe s’il s’avère que sa santé a été affectée par le stress.

Je travaille depuis 32 ans dans une entreprise que je considérais et à laquelle j’étais attachée peut être parce que mon père y avait travaillé avant moi et que j’en connaissais les moindres recoins. J’ai participé à toutes les évolutions et j’ai exercé un peu tous les métiers de la vente, du marketing et de la communication. J’ai passé des concours, des examens d’aptitude afin d’accéder à des fonctions plus importantes. J’ai été détachée pendant cinq ans chez Orange dans un centre clients. J’ai eu mon lot de fusions d’agence et de fermetures de site.

Aujourd’hui, je suis désespérée et en colère, je ne reconnais plus cette entreprise !

Au cours des dix dernières années, j’ai occupé quatre postes de cadre supérieur. Après la fermeture précipitée du centre clients Orange de Châtillon, j’ai cherché et trouvé un poste dans l’urgence. Il s’est avéré que ce poste n’était pas fait pour moi puisque suite à des problèmes de santé qui ne m’avaient jusqu’alors pas gêné dans la réalisation de mes objectifs, j’ai été contrainte de consulter le médecin du travail qui m’a conseillé de demander une reconnaissance de travailleur handicapé.

A partir de ce moment, mes managers ont recruté une personne sur mon poste, ne m’ont plus donné de travail et m’adressaient à peine la parole. Ma santé s’en est trouvée affectée de plus en plus et j’ai donc exigé, avec l’aide des syndicats, une occupation en attendant que l’entreprise me trouve un poste (de mon côté et avec acharnement, j’ai contacté des managers potentiels, j’ai postulé sur des postes et n’ai essuyé que des refus). On m’a alors confié une mission que j’ai remplie : il s’agissait de faire monter en compétence sur le commerce des téléconseillers basés à Athènes. Cependant, durant cette mission, je n’ai jamais su de qui je dépendais clairement et je n’avais pas accès aux tenants et aboutissants de ma mission. Personne ne s’intéressait à ce que je faisais ! Cette mission ne me prenait pas tout mon temps et j’avais beau demander du travail supplémentaire, on ne me donnait rien à faire. On m’a donné des bonus ridicules. Lors de mon retour à France Télécom, on a ôté les augmentations que j’avais obtenu dans les centres clients Orange. Profitant de mon changement d’indice de fonctionnaire, on a abaissé mon complément France Télécom de façon à ce que je ne sois pas augmentée.

J’ai alerté la Direction des ressources humaines en demandant des explications. J’ai envoyé des mails à toute ma hiérarchie afin de comprendre cet acharnement. A ce jour, personne n’a cru bon de me répondre.

De même le médecin du travail a envoyé à de nombreuses reprises des mails sur ma souffrance et mon désarroi pour finalement m’avouer son impuissance.

23 de mes collègues qui, comme moi, sont désespérés par l’attitude inhumaine de l’entreprise et des managers qui la représentent ont mis fin à leur jour. Je les comprends car je me reconnais en eux, je connais la souffrance de se sentir inutile et transparente après avoir tant donné à une boîte qui n’a aucune reconnaissance. Je connais la nausée qui vous prend le matin dès que vous passez les portes. Je connais les nuits blanches où l’on se demande à quoi l’on sert et les médicaments que l’on ingurgite pour dormir. Je connais les crises d’angoisse face auxquelles votre famille est elle aussi désemparée.

Je ne demandais qu’une chose : travailler, avoir un objectif professionnel. J’ai toujours heureusement été convaincue de mes capacités et de ma valeur professionnelle. Si vous vous ne le savez pas, moi, je sais ce que je vaux !

Malheureusement, une année entière de « harcèlement managérial » a eu raison de ma santé et de mes forces. Actuellement je suis en arrêt de maladie jusqu’au 12 octobre. Je ne sais pas si je pourrais reprendre ! Contrainte, j’ai demandé une C3R (arrêt longue maladie), ce que je n’aurais jamais - au grand jamais ! - envisagé il y a encore 6 mois.

Ma santé s’est détériorée et vous en êtes tous responsables. Je croyais pourtant que le fait d’être travailleur handicapé m’assurait une protection ! Pas à France Télécom visiblement !

Le 6 octobre, je dois faire une IRM. S’il s’avérait que les méningiomes que j’ai au cerveau avaient grossi à cause du stress et de la dépression, je n’hésiterais pas à porter plainte contre France Télécom - Orange pour mise en danger de la vie d’autrui. J’enverrai également ce courrier à tous les médias et au ministère du Travail.

Je n’ai pas l’intention de mettre fin à mes jours car j’ai une famille qui compte sur moi et qui a besoin de moi. Cependant, je vais me battre contre vous, avec l’aide justement de mon mari de mes enfants et de mes parents, me battre pour faire reconnaître mes droits.

Martine

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos