L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des informations qui font sens, utiles à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Mais interviewer, filmer, photographier, écouter, se documenter, vérifier – et écrire – demande du temps, et de l’argent. En accès libre, sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance éditoriale dépendent de votre engagement dans cette aventure.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Interview choc d’un ancien banquier et membre de l’AMF

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

« Les gouvernements ont très peur. Ils sont tétanisés par l’influence des marchés. » Sur Basta !, cette semaine, un ancien banquier et ancien membre de l’Autorité des marchés financiers, Jean-Michel Naulot, n’hésite pas à comparer le système financier international à « une centrale nucléaire mal contrôlée » qui « brasse des capitaux absolument considérables, utilise des produits parfois dangereux, des matières fissiles ». Une analyse rare et à contre-courant.

Alors que la question de la régulation financière a presque disparu de l’agenda politique, y compris au G20, Jean-Michel Naulot rappelle que « les foyers de crise financière ne sont pas éteints ». Loin des propos rassurants sur les stress tests des banques européennes passés « avec succès » par les banques françaises, l’ancien banquier d’affaires prévient : « Si une crise éclate demain, nous ne pourrons pas faire plus que ce qui a déjà été fait. »

Il juge « incompréhensible » la poursuite des politiques d’austérité menées en Europe alors que « la dette publique est principalement liée à la crise financière ». Il s’inquiète de la montée en puissance du trading haute fréquence. Il estime « ahurissant » que le nouveau Commissaire aux marchés financiers soit un Britannique très proche de la City de Londres. « C’est comme si on demandait au diable de dire la messe ! »

L’ancien membre de l’AMF porte un regard sévère à l’égard du gouvernement français et de François Hollande : « Dire qu’on ne peut rien faire, qu’il n’y a pas de marge de manœuvre, ne jamais prendre de risques, c’est la pire des situations ! C’est accepter une dégradation sur le plan économique, social, et au final politique. »

A lire sur Basta ! : « Le système financier est comme une centrale nucléaire mal contrôlée »

Voir également notre dossier : Que faire face à la crise financière ?

Contact : redaction@bastamag.net/09 52 83 22 46

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos