L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des informations inédites, originales, étayées ; à des actualités qui ont du sens ; à des sources vérifiées ; à des analyses sérieuses. Nous diffusons une information d’intérêt général, accessible à tous, utile à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Tout cela prend beaucoup de temps et nécessite de l’argent. Sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance dépendent de votre engagement dans cette aventure. Aidez-nous à atteindre le premier palier de 25 000 € afin que nous continuions à vous donner accès à des informations inédites.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Transparence

Prônant l’austérité régionale, Laurent Wauquiez s’accorde une sympathique indemnité

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

C’est en pleine tempête autour de François Fillon que Laurent Wauquiez, président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes s’est accordé une petite rallonge. Le 9 février, « une indemnité de séjour » a été accordée à Laurent Wauquiez, après un vote en assemblée plénière [1]. Cette indemnité est destinée à rembourser les frais d’hébergement et de bouche du président de région – 60 euros par nuit et 15,25 euros par repas, sur présentation des justificatifs. Donc entre 1500 et 3000 euros supplémentaires par mois en fonction du nombre de jours et de repas – midi et soir ? – indemnisés. Ces frais s’ajouteront aux indemnités d’élus que perçoit déjà Laurent Wauquiez, qui cumule son mandat de président de région avec celui de député de Haute-Loire : soit 8272,02 euros bruts par mois, le plafond autorisé par la loi [2].

Cité par Streetpress, le cabinet de Laurent Wauquiez se défend de toute augmentation. « Ce n’est pas un élément de rémunération. Ce n’est pas de l’argent de poche. Il ne va pas partir en vacances ou s’acheter des clopes avec », précise son entourage. « La région est immense. Quand Laurent Wauquiez est à Lyon, il a deux heures de route pour rentrer chez lui. Cette indemnité c’est pour qu’il ne dorme pas dans sa bagnole. » Un argument qui n’a pas manqué de faire réagir les réseaux sociaux.

Cette disposition n’est pas illégale, le montant étant encadré par un décret de 2006. Mais c’est bien sur le plan éthique que cette indemnité suscite la polémique. « Se faire payer un pied-à-terre lyonnais tout en mettant une pression considérable sur les Auvergnats et les Rhônalpins pour réduire les dépenses de la Région de 75 millions d’euros par an, il y a là, pour le moins, un vrai manque de cohérence », soulignent dans un communiqué les élus du groupe socialiste démocrate et écologiste d’Auvergne (lire à ce sujet notre enquête sur les budgets sabrés dans le domaine de l’écologie).

Dès son arrivée à la tête de l’exécutif local, Laurent Wauquiez avait fait voter une baisse des indemnités des élus régionaux de 10 % et largement communiqué sur cette mesure. Mais comme l’a décrypté dans une vidéo Corinne Morel Darleux, élue d’opposition (Parti de gauche), cette baisse n’a aucune incidence sur les revenus cumulés du président de région et du député. Ses indemnités, même diminuées de 10%, dépassant le plafond autorisé par la loi, sa rémunération n’en souffre pas [3].

L’opposition régionale fait aussi valoir que « cette demande intervient quatre mois seulement avant la fin de son mandat de député. De là à y voir une coïncidence avec une prochaine baisse de revenus du Président de Région – qui ne pourra plus être à la fois député et président de Région du fait de la fin du cumul des mandats – il n’y a qu’un pas ». En réponse, le cabinet de Laurent Wauquiez indique que l’ancien président de la région Auvergne socialiste bénéficiait déjà de cette indemnité. Suite à la polémique, la majorité LR à la région a proposé de rendre compte annuellement des frais réellement versés au président de région.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos