Désobéissance

Ils passent en procès pour avoir repeint des bidons de Roundup en rouge

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Douze « faucheurs volontaires », opposés aux OGM et aux pesticides, seront jugés ce 18 octobre à Béziers (Hérault) pour avoir rendus impropres à la vente des bidons d’herbicides à base de glyphosate. Sept autres militants seront jugés deux jours plus tard, le 20 octobre, à Guingamp (Côtes d’Armor). Le 19 mars 2016, dans le cadre de Semaine nationale d’alternatives aux pesticides, des militants écologistes investissent plusieurs grandes surfaces de jardinage et recouvrent de peinture des pots de Roundup et de pesticides à base de glyphosate. Des actions similaires sont menées ailleurs en France (voir ici). Objectif : « Alerter la société sur le problème majeur de santé publique que cause l’utilisation des herbicides et en particulier du glyphosate », autant de produits qui aggravent le risque de cancer.

Solidaires Bretagne, le collectif des Faucheurs volontaires, l’association Eau et rivières, ainsi que le collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest appellent à un rassemblement le vendredi 20 octobre, pour accompagner les prévenus jusqu’au tribunal [1]. La courte vidéo ci-dessous explique les raisons les ayant amenés à mener cette action. L’occasion de revoir ce lobbyiste pro-OGM refusant de boire du Roundup, juste après avoir affirmé sa non dangerosité pour les humains... Ce qui ne freine nullement la firme dans sa tentative d’obtenir la ré-homologation européenne du glyphosate pour les dix années à venir. L’Union européenne doit se prononcer sur le renouvellement de cette licence le 25 octobre prochain. Pour le moment, le gouvernement français a renoncé à l’interdire.

« Le Roundup face à ses juges »

Une récente décision de justice pourrait changer la donne. Le 12 octobre dernier, le tribunal correctionnel de Foix a rendu son délibéré concernant deux actions menées par des faucheurs volontaires les 21 septembre 2016 et 1er mars 2017. Il a décidé de saisir la Cour européenne de justice sur les méthodes d’évaluation des produits phytopharmaceutiques, dont fait partie le glyphosate, au regard du principe de précaution [2]. La Cour européenne devra émettre un avis juridique sous 12 à 18 mois. D’ici là, le procès des faucheurs comparaissant à Foix est suspendu et les juges devront tenir compte de l’avis européen.

Cette décision inédite en France intervient alors qu’est diffusé sur Arte le dernier film de la documentariste Marie-Monique Robin, « Le Roundup face à ses juges ». Un documentaire à découvrir en intégralité dans la vidéo ci-dessous.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos