Kommunikation

Hortefeux chasse les voyous sur Twitter

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Petit florilège de la « pensée » du ministre de l’Intérieur qui s’exprime en 140 caractères et se résume en à peine 30 mots de vocabulaire. Attention, cette lecture peut provoquer des nausées chez les âmes sensibles.

Vous aimez les discours de Brice Hortefeux ? Abonnez-vous au compte Twitter du ministère de l’Intérieur (@Place_Beauvau). Celui-ci distille, au format Twitter (moins de 140 caractères), la pensée du ministre. Exemple en ce 14 juillet : « La mobilisation restera totale la nuit prochaine pour empêcher les voyous sans scrupules de gâcher ce moment de fête & de concorde nationale ». Pas de guillemets, pas de référence. Le discours est violent, même de la part d’un ministère qui nous a habitué à pire. Le tweet a fait du buzz.

Réaction d’un Twittos : « Soit @Place_Beauvau [le compte Twitter du ministère] a été récupéré par @humourdedroite, soit celui qui l’anime a commencé l’apéro un peu trop tôt. » Réponse tweetée par le ministère : « Ni l’un, ni l’autre. Les derniers tweets sont tirés d’une communication de Brice Hortefeux disponible sur http://bit.ly/cnt8Z4 ». Ouf, il ne s’agit pas d’un piratage du compte Twitter de Brice, mais de sa Parole du jour. D’ailleurs, début juin, le ministère nous apprend que « @place_beauvau est le premier compte twitter ministériel à obtenir la certification "compte vérifié" ». Félicitations.

Petit florilège des Tweets du ministre : « B Hortefeux n’accepte pas que les fraudeurs narguent ceux qui travaillent, paient leurs cotisations sociales et ceux qui veulent s’intégrer » (9 juin, 10h07). « Les fraudeurs, eux, doivent être punis. Ils doivent bien le savoir : la puissance publique finit toujours par l’emporter » (9 juin, 10h10). « B Hortefeux veut protéger les femmes et les enfants victimes d’individus sans scrupule qui imposent un système de contrôle et d’exploitation » (9 juin, 9h55), « Brice Hortefeux : "Dans notre pays, le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme n’ont pas leur place" » (2 juin, 4h52). Deux jours plus tard, le ministre est condamné pour injure raciale par le tribunal correctionnel de Paris... Extraits de discours ou de communiqués de presse, ces condensés de la politique du ministre laissent songeur. Un Tweet, ça va, c’est quand il y en a plusieurs... comme dirait le ministre.

Twitter sert aussi à motiver les troupes. « Brice Hortefeux : "Grâce à la mobilisation de chacun, nous remportons chaque jour des batailles sur le terrain" http://goo.gl/tbst » (3 juin, 1h55). Car, entre Hortefeux et « les voyous sans scrupule », la guerre est déclarée... Des Tweets au style télégraphique arrivent du front. « B Hortefeux : "Lutte contre délinquance = combat permanent. Sommes en guerre totale contre les voyous qui ne distinguent pas le bien du mal" » (15 avril, 11h59). Et ceux qui ne distinguent pas argent personnel et argent des contribuables ? Même la nuit, Brice veille sur nous : « Conclusion (...) : recul net et global de la délinquance, stabilisation des violences aux personnes, coup d’arrêt à la violence dans stades » (15 avril, 1h05).

« Twitter étant un nouvel outil pour le ministère, nous apprenons chaque jour à mieux l’utiliser. Merci pour vos remarques ! » (@Place_Beauvau, 14 juillet). Au delà des erreurs de forme, la citation sur les « voyous sans scrupule » du même jour semblait pourtant très claire sur le fond. Et à la lecture des Tweets des derniers mois, on se rend compte à quel point l’ampleur de la pensée du ministre s’adapte bien au format des 140 caractères de Twitter. Avec un vocabulaire qui dépasse difficilement les 30 mots.

Agnès Rousseaux

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos