Transports

Deux trains de nuit sauvés grâce à la mobilisation « en faveur des usagers et du climat »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

C’est une belle victoire pour le collectif « Oui au train de nuit » qui rassemble usagers, associations environnementales et syndicats. Les deux dernières lignes de train de nuit en France, Paris-Briançon mais aussi Paris-Rodez/Latour de Carol (dans les Pyrénées-Orientales), vont être maintenues [1]. Les rames devraient être rénovées pour 30 millions d’euros, a annoncé le 22 septembre la ministre chargée des Transports Élisabeth Borne. « La convention actuelle entre l’État et la SNCF doit s’arrêter en 2020 : je vous annonce qu’elle sera reconduite au-delà, ce qui veut dire que nos trains de nuit continueront », a t-elle indiqué, à sa descente du train de nuit en gare de l’Argentière-Les-Ecrins (Hautes-Alpes).

Pour le collectif « Oui au train de nuit », « ces annonces sont très en-deçà des besoins, mais elles ouvrent des perspectives après des décennies de désinvestissement dans cette alternative de transport plus respectueuse du climat que la voiture ou l’avion ». Les Intercités de nuit ont longtemps été le parent pauvre de la SNCF. Pour rappel, le gouvernement précédent n’a maintenu que deux lignes sur huit, en invoquant leur déficit et une baisse de leur fréquentation. Or, les chiffres utilisés par le gouvernement pour justifier ces suppressions n’ont cessé d’être dénoncés par le collectif (sur ce sujet, notre précédent article : Les trains de nuit : une alternative bien moins coûteuse que le TGV).

Avec plus de 61 000 personnes ayant signé la pétition pour le maintien du train de nuit, le collectif promet de rester « mobilisé pour la réouverture d’autres lignes en faveur des usagers et du climat ». Il a notamment réalisé une étude prospective d’un réseau d’Intercités de nuit à l’horizon 2030, en vue de la future Loi d’orientation des mobilités qui doit être présentée en octobre en conseil des ministres. Afin d’imaginer l’avenir des Intercités de nuit, voici ci-dessus une visualisation réalisée par le collectif « Oui au train de nuit » de ce que pourrait être le réseau hexagonal en 2030.

Photo de Une : © Oui au train de nuit / twitter

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos