Précarité

Des travailleurs saisonniers enfin reconnus

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Plusieurs centaines de travailleurs agricoles étrangers des Bouches-du-Rhône vont obtenir une carte de séjour salarié, après plusieurs mois de batailles juridiques avec la préfecture. Depuis trois décennies, ces travailleurs originaires du Maroc et de Tunisie contribuent à faire vivre l’agriculture du département. Certains enchaînent des contrats de 6 à 8 mois, dans un secteur qui a recours à des « saisonniers » toute au long de l’année. Selon le Collectif de défense des travailleurs étrangers dans l’agriculture des Bouches-du-Rhône (CODETRAS), « le statut réel des saisonniers est en fait celui de travailleurs permanents ». Ils doivent donc bénéficier d’une carte de séjour. Un droit que le tribunal administratif leur a reconnu en mars dernier, obligeant la préfecture à réexaminer les dossiers de 300 à 400 personnes pouvant justifier d’au moins dix contrats consécutifs depuis 10 ans.

Deux millions de travailleurs saisonniers en France

Cette décision marque peut-être une avancée pour faire évoluer ce sous-statut et mettre fin aux abus dont sont victimes ces salariés : extrême dépendance vis-à-vis de leur employeur qui décide chaque année de leur retour en France, heures supplémentaires non payées, conditions d’hébergement souvent déplorables, « CDD au rabais » sans prime de précarité, rémunération au SMIC sans pris en compte de l’ancienneté… Voire même « achat » du contrat de travail par le salarié, parfois 700 Euros (et jusqu’à 10 000 Euros pour un premier contrat). Pour le CODETRAS, cette victoire contribue aussi à démontrer la responsabilisé de l’administration, qui a enfermé ces travailleurs dans un statut ultra précaire et inapproprié en droit.

Ce succès ne doit pas faire oublier tous ceux qui n’ont même pas accès à un contrat de travail. Les saisonniers sont officiellement deux millions en France, dont 850 000 dans l’agriculture. Selon la CGT, le même nombre travaillerait sans contrat de travail. L’Anaem (Agence nationale d’accueil des étrangers et des migrations) dénombre 20.000 saisonniers étrangers venant chaque été en France. FO lui oppose le chiffre de 100.000 personnes, employées essentiellement dans l’agriculture.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos