Textile

Des marques françaises impliquées dans un nouveau drame au Bangladesh

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Sept ouvrières sont mortes dans un nouvel incendie d’une usine textile au Bangladesh, le 26 janvier. Deux des ouvrières décédées étaient âgées de 15 et 16 ans. Elles travaillaient pour l’usine textile Smart Fashion, située à Dhaka, qui emploie environ 700 personnes. Au moment de l’incendie, l’usine était en train de produire des vêtements pour les marques françaises Sol’s et Fox & Scott, toutes deux basées à Paris, ainsi que pour la marque espagnole Lefties, qui appartient au groupe Inditex, propriétaire de Zara. Des membres d’une organisation internationale de défense des travailleurs (Institute for Global Labour and Human Rights) ont pu pénétrer dans l’usine sinistrée et relever les étiquettes des vêtements en cours de confection.

Chacune des marques assure « respecter la liberté d’association et de négociation collective », ne pas recourir au travail forcé ni à des « horaires de travail excessifs ». L’entreprise Solo Invest, propriétaire de la marque Sol’s, est même adhérente de plusieurs chartes éthiques et codes de conduite. Les familles des ouvrières tuées seront probablement heureuses d’apprendre toute l’attention qui était portée à leurs conditions de travail…

Solo Invest a notamment conclu des partenariats avec l’ONG états-unienne Wrap (Worldwide responsible accredited production) et l’association de commerce équitable Max Havelaar, qui labellise l’une de ses collections « bi-ethic ». Contacté par Basta !, Max Havelaar France ne disposait pas encore de ces informations.

Fin novembre, 112 ouvrières avaient été tuées, brûlées vives dans un incendie d’une autre usine textile à Dakha. Le groupe Tuba, à qui appartenait l’usine, travaille notamment comme fournisseur pour les marques Auchan, C&A, Carrefour, Casino, Go Sport, Pimkie, Walmart. A qui le tour ?

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos