L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des informations qui font sens, utiles à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Mais interviewer, filmer, photographier, écouter, se documenter, vérifier – et écrire – demande du temps, et de l’argent. En accès libre, sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance éditoriale dépendent de votre engagement dans cette aventure.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Bretagne

Fermeture d’école : la police moleste des collégiens et des parents d’élèves

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Vers 7h30 ce 2 juin, une quarantaine de parents d’élèves bloquent avec une chaine la grille du collège Surcouf, situé à Saint-Malo, avant d’être rejoints par des professeurs et des élèves. Une manière de manifester leur mécontentement face à la décision le 31 mai du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine de fermer ce collège à la rentrée 2017. « Cette décision n’est pas acceptable d’autant qu’il s’agit d’un collège en réseau d’éducation prioritaire », précise le Syndicat national des enseignements du second degré (SNES-FSU) Bretagne dans un communiqué. « C’est la quatrième décision de fermeture d’un collège public dans l’académie cette année. » Un peu plus tard dans la matinée, les forces de l’ordre interviennent pour permettre l’accès du collège. Mais la situation se complique comme en témoigne cette vidéo du Télégramme.


Saint-Malo. Intervention des forces de l'ordre... par Letelegramme

« C’était très calme, les enfants chantaient, les parents et enseignants discutaient de l’avenir du collège, commente un parent d’élève à Libération. Tout à coup, vers 10 heures, une petite dizaine de policiers a lancé l’assaut ». « La police, présente, est intervenue sans sommation, fonçant sur le regroupement et bousculant violemment les enfants et les adultes », confirme France 3 Bretagne. Au total, « onze élèves ont été pris en charge par les pompiers et trois légèrement blessés ont été transportés à l’hôpital de Saint-Malo », rapporte France Bleu. Ils souffrent respectivement d’une entorse à la cheville, d’une luxation du poignet et d’une blessure au genou.

Dans un communiqué, le maire de Saint-Malo, Claude Renoult, demande « des explications sur cette intervention sans concertation préalable avec le maire de la commune ». L’évacuation aurait été diligentée à la demande de l’Éducation nationale. Le SNES-FSU Bretagne « condamne cette violence qui a touché des collégiens et des parents d’élèves ». Et précise qu’il continuera à « contester cette nouvelle fermeture d’un collège à Saint-Malo » qui renforcerait le déséquilibre « au profit du réseau privé confessionnel ». La bataille pour un service public de l’éducation se poursuit.

A lire également : Qui veut la peau des petites écoles et de leurs pédagogies innovantes ?

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos