Violences masculines

Depuis le 1er janvier, neuf femmes ont été tuées par leur compagnon ou leur ex

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Le 16 janvier dernier, Séverine, 46 ans a été tuée par son compagnon qui l’a étranglée avant de se suicider. Victime de violences conjugales depuis longtemps, elle était en clinique de repos depuis plusieurs semaines et venait d’obtenir un nouveau logement. C’est en allant récupérer ses affaires au domicile familial que son mari l’a assassinée. Il est souvent reproché aux femmes battues de ne pas partir mais c’est souvent au moment où elles quittent leur conjoint violent qu’elles sont tuées. Selon des calculs effectués par le quotidien Libération en 2017, près de la moitié des féminicides conjugaux ont eu lieu dans un contexte de rupture.

Pour les proches de la victime, mère de cinq enfants, la responsabilité des gendarmes est engagée. « Elle avait déposé plainte contre son mari le 14 novembre dernier pour coups et blessures, puis le 19 novembre pour dégradations », assure sa sœur, Sandra, citée par Le Parisien. Le procureur de la République, Jean-Baptiste Bladier, également cité par le quotidien, confirme : « Elle indiquait dans la plainte du 14 novembre que les dernières violences dataient du mois d’août. » Les instructions du procureur, qui indiquent que toute plainte pour violences conjugales doit donner lieu à un compte rendu immédiat au parquet, n’ont pas été suivies.

Le meurtre, dernière étape d’un continuum de violences

Depuis le 1er janvier, en France, neuf femmes ont été tuées par leurs compagnons, actuels ou anciens [1]. « Les femmes qui sont victimes de meurtre ont, dans la grande majorité des cas, donné l’alerte précédemment, en signifiant à leur entourage la violence de leur compagnon (verbale ou physique) », rappelle l’association Osez le féminisme dans une campagne pour la reconnaissance médiatique et juridique du féminicide. « Le meurtre est la dernière étape d’un continuum de violences : savoir les repérer, savoir accompagner les femmes qui en sont victimes permet d’éviter le pire. »

Le dispositif « téléphone grave danger », qui permet à la victime d’alerter un service de téléassistance en cas de danger imminent, est très efficace, selon les associations qui accompagnent au quotidien les femmes violentées. En 2017, en Seine-Saint-Denis, « aucune femme bénéficiant du Téléphone grave danger n’a été agressée », indique ainsi Ernestine Ronai, responsable de l’Observatoire des violences envers les femmes du département [2]. Le nombre de téléphones reste malheureusement trop faible. Les territoires d’outre-mer étant particulièrement mal dotés.

La France manque aussi de structures d’hébergement d’urgence, et de personnels. A l’hôpital où les services d’urgences reçoivent beaucoup de femmes victimes de violences, les soignants ne sont pas tous correctement formés pour les accueillir. Ils sont en plus continuellement débordés, ce qui ne facilite pas la mise en place d’accueils spécifiques. Cela fait des années que les associations réclament des moyens plus importants pour la prise en charge des victimes de violences. Sans succès. En France, pays où l’égalité femmes-hommes a été décrétée « grande cause » du quinquennat, le budget alloué est le plus faible du gouvernement. Quant à la Justice, qui doit punir les agresseurs, et les mettre sous surveillance, elle est une des plus indigentes d’Europe.

Photo : manifestation contre les violences sexistes et sexuelles, le 24 novembre 2018, à Paris / CC Jeanne Menjoulet

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos