L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des informations qui font sens, utiles à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Mais interviewer, filmer, photographier, écouter, se documenter, vérifier – et écrire – demande du temps, et de l’argent. En accès libre, sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance éditoriale dépendent de votre engagement dans cette aventure.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Modèle agro-industriel

Ferme-usine des 1000 vaches : neuf opposants en procès

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

« Le bonheur est dans le pré, pas dans l’usine à vaches ! » C’est au rythme de ce slogan que quelques 200 manifestants ont procédé, le dimanche 30 juin, à l’enterrement symbolique du projet de ferme-usine des 1000 vaches, dans la Somme. Malgré la pluie, les opposants sont venus déposer une gerbe ainsi qu’un cercueil en carton devant les bâtiments agricoles. « On a déjà assez dit pourquoi on est contre, aujourd’hui on vient l’enterrer », déclare simplement Francis Chastagner, de l’association Novissen. Depuis l’été 2011 où il a été rendu public, le projet piloté par l’entrepreneur de BTP Michel Ramery soulève une opposition croissante (voir nos précédents articles). Le maire de Drucat, également présent dans la procession, craint « des effets sur la santé liés à la proximité immédiate d’un méthaniseur industriel qui cache son nom », rapporte l’AFP.

Cette action symbolique précède le procès de neuf militants convoqués au tribunal correctionnel d’Amiens le 1er juillet à 9h. Ils sont appelés à comparaitre pour refus de prélèvement ADN, dégradation en réunion et incitation à la dégradation en réunion. Comme le relatait Basta ! ici, des militants de la Confédération paysanne ont participé à une action de démontage de la salle de traite des « 1000 vaches » le 28 mai. « Nos actions sont légitimes, assure la Confédération paysanne dans un communiqué. Nous ne pouvons laisser Michel Ramery mener à bien son projet qui ouvrira la porte à une industrialisation débridée de l’agriculture. » Le syndicat entend profiter de cette journée « pour faire le procès des 1000 vaches ». Deux tables rondes sont prévues devant le Palais de Justice d’Amiens dans la matinée du 1er juillet.

[Mise à jour le 1er juillet 2014] Les avocats de la Confédération paysanne ont obtenu le report du procès au 28 octobre prochain. Les contrôles judiciaires auxquels étaient soumis cinq prévenus ont été partiellement levés : ils n’ont plus aujourd’hui que l’interdiction de se rendre dans la Somme.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos