Justice climatique

Des militants risquent cinq ans de prison pour avoir bloqué un aéroport

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Le 3 octobre 2020, sept personnes entrent sur le tarmac de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac pour stopper le trafic aérien afin d’alerter sur l’urgence climatique. Poursuivis en justice, ils risquent cinq ans de prison et 18 000 euros d’amende. Leur procès se tient ce lundi 22 février.

« Pour la majorité d’entre nous, c’est notre premier procès, mais on se dit qu’on a eu raison de faire ça. Nous avons moins peur de l’issue du procès que du changement climatique », explique Gaëtan. Il est l’un des sept prévenus poursuivis pour avoir occupé l’aéroport de Bordeaux-Mérignac le 3 octobre dernier. Lors de la journée nationale contre les aéroports, plusieurs actions avaient alors été menées en France. À Bordeaux, une marche était organisée par deux organisations, ANV-COP 21 Gironde et Extinction Rébellion. Alors que les activistes arrivent près de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, sept d’entre eux passent par dessus une grille avec deux échelles et rentrent sur le tarmac. « Nous sommes arrivés au bout d’une piste, nous avons déroulé notre banderole et craqué des fumigènes », raconte Gaëtan. S’en suivent six heures de garde à vue et la saisie de la justice. Tous les sept sont convoqués au tribunal ce lundi 22 février.

Les organisations ANV-COP21 et Extinction Rébellion appellent à se rassembler devant le tribunal de Bordeaux le 22 janvier à 14h.

Ces actions dans les aéroports visaient à dénoncer l’inaction du gouvernement face au changement climatique et à mettre l’industrie de l’aérien face à ses contradictions. « Des efforts fiscaux ont été demandés sur l’essence alors que le kérosène des avions n’est toujours pas taxé, dénonce Gaëtan. Il y a urgence, il faut faire faire un virage à 180° à ce secteur industriel qui vise toujours à l’augmentation de son trafic. »

Lire nos précédents articles :
- Corona-profiteurs : ruissellement d’aides publiques à ceux qui continuent de carboniser le climat
- Quand les ménages financent la transition écologique alors que les gros pollueurs en sont exonérés

« Porter un message politique au cœur d’un lieu problématique »

Face à l’impact climatique de l’aviation, les sept prévenus invoquent le non-respect par l’État de ses engagements dans le secteur aérien et « le mythe de l’avion vert ». « Aucune technologie ne permet de croire que le kérosène peut être écologique. » Ils pointent aussi du doigt l’aspect inégalitaire du secteur : celles et ceux qui recourent le moins à l’avion, dans les pays du Sud à faible revenu, sont les plus impactés par le changement climatique.

Lire à ce sujet :
- Promesse d’un avion vert et défense de la liberté : la stratégie du secteur aérien pour contrer toute régulation
- Avec Air France, compenser les émissions carbone des riches peut nuire gravement à la santé des pauvres

Les militants poursuivis mettent en avant la dimension politique de leur action et assument leur choix d’agir. « Nous n’avons pas un entraînement intensif pour entrer sur une piste d’avion, nous sommes juste armés de nos convictions » plaisante Gaëtan. Pour lui « la situation actuelle exige un esprit civique qui passe par la désobéissance civile ». Lorsqu’il marchait sur le tarmac, ce samedi d’octobre, il se doutait bien qu’une telle action déboucherait sur des arrestations et probablement un procès, mais c’était un moyen de questionner de manière visible le secteur aérien, l’État et la société. Le militant poursuit : « Nous voulions montrer que ce secteur est condamné, incohérent et injuste. » Pour Éric, membre de ANV-COP 21 et l’un des organisateurs de la marche sur l’aéroport de Bordeaux : « Les mots ne suffisent plus. Quand l’action est légitime, passer par l’illégalité peut être nécessaire, même si on est dans un climat de répression généralisé délétère et vraiment menaçant. »

[Mise à jour le 22 février 2021 : Les 7 militants d’Action Non-Violente COP21 Gironde et d’Extinction Rebellion Bordeaux ont comparu à 18h45 devant le Tribunal Judiciaire de Bordeaux pour “entrave à la circulation d’un aéronef”. Le procureur a requis 500 euros d’amende avec sursis. Le verdict sera rendu le 29 mars 2021. Le prochain procès, en lien avec les mobilisations du 3 octobre 2020 pour la réduction du trafic aérien, aura lieu le 24 juin 2021 au tribunal de Bobigny.]

Malika Barbot

- La vidéo de l’action du 3 octobre 2020 :

Action des militantes et militants sur le tarmac de l’aéroport de Bordeaux. © ANV-COP21, Extinction Rébellion.

Photo de Une : Le 3 octobre sur le tarmac. © ANV-COP 21 et Extinction Rébellion.

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos