L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des actualités qui font sens et à des analyses sérieuses et dont les sources ont été vérifiées. Nous diffusons une information d’intérêt général, accessible à tous, utile à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Tout cela prend beaucoup de temps et nécessite de l’argent. Sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance dépendent de votre engagement dans cette aventure. Aidez-nous à atteindre 60 000 €, afin que nous continuions à enquêter en toute indépendance et à produire des analyses sérieuses et vérifiées.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Action

Vaucluse : des paysans « sans terre » contre la spéculation foncière

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Nous ne sommes pas au Brésil, où le mouvement des « sans terre » occupe régulièrement des parcelles appartenant à de grands propriétaires terriens, mais dans le Vaucluse. Une centaine de paysans et de citoyens ont décidé d’agir contre la spéculation foncière le 17 avril à Lauris, à une soixantaine de kilomètres d’Avignon. Ils y ont labouré 4 hectares de terres agricoles laissés en friche par leur propriétaire depuis plus de cinq ans. Avant de recouvrir le terrain de trois grandes lettres, « ZAP » pour « zone agricole protégée ». « Des milliers d’hectares sont confisqués à l’agriculture par des propriétaires privés et laissés en friche à des fins de spéculation » dénoncent la Confédération paysanne et l’Association régionale pour le développement de l’emploi agricole et rural (ARDEAR) de Provence-Alpes-Côtes d’Azur. Qui rappellent que ces 4 hectares de terres « détournés de l’agriculture équivalent à 160 quintaux de blé ou 2 000 bottes de luzerne à l’année ». D’après ces organisations, acheter des terrains à bas prix pour les faire ensuite classer constructibles et encaisser la plus-value serait devenue une pratique courante.

Le maire de cette commune de 3 700 habitants a déclaré ne pas cautionner cette opération coup de poing. Il reconnaît néanmoins « les difficultés et souffrances rencontrées par les jeunes paysans pour trouver des terrains et travailler ». Quant au propriétaire du terrain, il s’est dit « choqué » par cette action dont il n’a pas été préalablement informé. Ce terrain est situé au cœur du Lubéron, une zone dans laquelle 30% des exploitations ont disparu en 10 ans et où la surface agricole a régressé de 17%. La région PACA perd à elle seule 9 000 hectares de terres agricoles par an, sur 78 000 hectares à l’échelle nationale. Alors que la loi d’avenir agricole doit passer en seconde lecture à l’Assemblée nationale (voir notre décryptage), la Confédération paysanne propose dans un amendement, d’augmenter à 25 % la taxation des plus-values réalisées par la vente de terrains agricoles devenus constructibles. L’enjeu, « mettre un frein au changement de destination des sols agricoles et doter les paysans du droit d’accéder au foncier ». Dans un reportage vidéo des Chroniques marseillaises, un paysan conclut : « S’il faut faire ce type d’action chaque mois, on le fera. »

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos