ça bouge ! Multinationales

Contre l’évasion fiscale, #iPhoneRevolt demande à Apple de payer ses impôts

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

« Dix ans après la sortie du premier iPhone, la vraie “révolution” serait que des multinationales de l’électronique comme Apple produisent des smartphones socialement, écologiquement et fiscalement soutenables. » Avec leur campagne #iPhoneRevolt, des organisations non-gouvernementales appellent à « dépasser le matraquage marketing » et à « enquêter sur le côté obscur de la production ».

Le 3 novembre, Apple lance son nouvel iPhone X, dix ans après la commercialisation du premier iPhone, en 2007. L’IPhone X est déjà en prévente depuis le 27 octobre. « En dix ans, 7 milliards de smartphones ont été produits dans le monde et ont contribué à façonner notre quotidien. L’impact inouï de cet objet sur l’esprit et les usages des consommateurs, sur l’environnement, la vie privée ou la santé en fait un véritable symbole de notre époque. Il est également un des symboles de ses dérives : extraction polluante de métaux, exploitation des travailleurs, course à la consommation, évasion fiscale, obsolescence programmée… », analyse Attac, qui vient de lancer une campagne pour demander, justement, à Apple, de payer ses impôts.

Meet iPhone X Reality from Attac Play on Vimeo.

Car, rappelle l’organisation, grâce à des montages fiscaux, les profits d’Appel ne sont finalement imposés en Europe au taux imbattable de 0,005 %. Comment ? « La multinationale utilise ses filiales irlandaises pour y délocaliser les profits générés par son activité dans toute l’Europe. Par divers accords fiscaux passés avec l’Irlande ». En 2016, cette situation a valu à la multinationale d’être condamnée à une amende de 13 milliards d’euros par la
Commission Européenne. « Nous voulons qu’Apple paie cette demande, sans faire de recours. et que l’entreprise paie ses impôts, tout simplement, et qu’elle fasse preuve de transparence en déclarant pays par pays les bénéfices qu’elle y engrange et les impôts qu’elle y paie, explique Raphael Pradeau, porte-parole d’Attac France. Il y a des sommes astronomiques qui échappent aux caisses publiques. Apple ne paie pas ses impôts là où la firme réalise ses bénéfices, mais là où elle peut en payer le moins. »

Une dizaine d’organisations vont aussi révéler dans les jours qui viennent sur le site #IphoneRevolt des documents sur la face cachée de l’Iphone : conditions de travail, évasion fiscale, impacts environnementaux

Sur le site d’Attac : https://france.attac.org/se-mobiliser/apple/

Photo : CC Thorsten Hartmann

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos