Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

Médias

Ça fait du bien là où ça fait mal

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

L’Almanach critique des médias porte un regard sans concession sur la profession journalistique. Quand les grandes actualités sont aussi faites de petites manipulations.

Vous souvenez-vous de ce fait divers qui fit la une des journaux télévisés et des quotidiens pendant trois jours en juillet 2004 ? Au 20 heures de France 2, Béatrice Schönberg annonçait gravement : « Madame, monsieur, bonsoir. Premier titre de ce journal qui suscite unanimement la révolte, l’effroi et l’indignation : une jeune femme dans un RER a été agressée par six hommes parce qu’ils la croyaient juive. Après l’avoir molesté, ils ont dessiné des croix gammées sur son ventre. C’était vendredi matin à une heure d’affluence, personne n’a bougé. Jacques Chirac demande que tout soit fait pour punir les agresseurs de cet acte honteux avec toute la sévérité qui s’impose . » Dans les kiosques, Le Figaro, Libération, Le Monde ou Le Parisien titraient sur cette « effroyable agression antisémite » perpétrée par « trois Maghrébins et trois Africains ». Les descriptions indignées se multiplient. « Pendant treize minutes, Marie a été juive. Treize minutes qui lui ont paru interminables. Juive dans le regard de six mauvais garçons d’origine maghrébine et africaine qui en voulaient pour commencer à son argent », détaille Eric Fottorino du Monde. « Alors quels dégâts peuvent causer treize minutes dans une rame de banlieue, quand six jeunes s’en prennent impunément à une jeune femme et à son bébé sans que personne bouge le petit doigt ? » Arrêtons-là le supplice.

Cela vous revient maintenant. Ce fait divers était une totale affabulation. Rares ont été les journalistes, connaissant un minimum « la banlieue », à être restés prudents face aux incohérences du témoignage de Marie Leblanc. Pourquoi la jeune femme a-t-elle imaginé ses agresseurs en jeunes issus de l’immigration ? « Parce que quand je regarde la télévision, c’est toujours eux qui sont accusés », répond-elle lors de son procès, qui intervient deux ans après les médiatiques délires sécuritaires qui ont abouti au 21 avril. Les événements récents montrent que rien n’a vraiment changé, les « sauvageons » de Chevènement sont devenus la « racaille » de Sarkozy.

L’affaire du RER D et quelques autres, actualités récentes ou anciennes (le premier vol de l’Airbus A380, le déferlement du « ouisme » lors de la campagne référendaire, la loi sur le voile, l’affaire d’Outreau, le génocide rwandais...), sont décryptées par l’Almanach critique des médias coordonné par les journalistes Olivier Cyran et Mehdi Ba, avec l’aide de l’Acrimed et du bimestriel PLPL (Pour lire pas lu). Le prix spécial du jury peut être décerné aux éditorialistes hexagonaux, dont les plus éminents, de Serge July (Libération) à Claude Imbert (Le Point) en passant par Jean Daniel (Le Nouvel Observateur), ont soutenu la loi interdisant le port du voile à l’école au nom de « la place de la femme dans la communauté musulmane » sans se préoccuper le moins du monde de la place de la femme dans la communauté des éditorialistes. Sur 31 éditorialistes de la presse quotidienne nationale et régionale, on ne compte aucune femme.

Plusieurs journaux (Elle, Technikart, Les Inrockuptibles...) et comportements « journalistiques » (sic) comme l’interview bidonnée de Fidel Castro par PPDA ou le recours systématique à des « spécialistes » aussi compétents que vous et moi (dans le meilleur des cas), sont également passés au crible. Sans oublier la dure condition du journaliste pigiste qui cherche à faire son boulot correctement. Le tout est agrémenté de quelques tests et jeux qui ne figureront jamais dans les examens d’entrée aux écoles de journalisme. « La critique des médias constitue bel et bien une défense du journalisme, une contribution pour sauver ce qui peut l’être », expliquent les auteurs. Pour le côté positif, un peu trop délaissé, plusieurs titres et sites de la presse « alternative aux médias transgéniques » sont succinctement présentés, comme le mensuel CQFD ou la télé pirate Zaléa TV. Bref, une lecture jubilatoire et indispensable à tout esprit critique qui se respecte. En espérant que critiquer contribuera aussi à créer.

Ivan du Roy

Almanach critique des médias, Olivier Cyran et Medhi Ba, Les Arènes, 360 p, 29,8 €

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos