ça bouge ! Service public

Après avoir détourné « Basique » d’Orelsan, les soignants toulousains en lutte préparent un nouveau clip

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Leur vidéo est devenue virale, atteignant plus de cinq millions de vues sur Facebook, et plus de 200 000 sur Youtube en une semaine. Les soignants en lutte du CHU de Toulouse ont adressé un message fort à leurs directions ainsi qu’au gouvernement en s’inspirant du célèbre clip « Basique » d’Orelsan. Avec l’opération « On refait le match », les syndicalistes de la CGT souhaitent mobiliser encore plus largement les personnels soignants, du CHU mais aussi des cliniques et Ehpad de Toulouse et des alentours. Rendez-vous est donné le vendredi 22 juin, à 14h30, à Purpan, pour tourner à nouveau le clip.

L’objectif de ce clip est de montrer les aberrations du système actuel de soin que tout professionnel vit dans sa chair, ainsi que l’inquiétante direction qu’il empreinte. Le refrain d’Orelsan « vous n’avez pas les bases » illustre bien le décalage toujours plus grand qui a lieu entre les logiques managériales, financières et l’éthique des professionnels, attachés aux « bases » que sont le système de sécurité sociale, l’accès universel et la non-marchandisation.

Le profit pour la société que sont les soins prodigués par les soignants dans les hôpitaux, les EHPAD et les cliniques ne sont pas quantifiables et ne peuvent par conséquent suivre des logiques financières de rentabilité. La sonnette d’alarme est tirée depuis bien longtemps mais la logique de faire plus avec moins liée à la tarification de l’activité (T2A) et au lean-management (lean = dégraissé, gestion « au plus juste »), ainsi que le sabotage du service public s’approfondit. Cela se traduit par de graves conséquences sur les prises en charge des patients et des conditions de travail de plus en plus indignes pour les soignants.

Au CHU de Toulouse, le déficit de cette année est de 14 millions d’euros, ce qui « obligerait » à encore réduire les effectifs. Or, ce dernier a payé 43 millions d’euros d’impôts (de taxe sur les salaires) et 60 millions d’euros de remboursement de la dette (auprès des banques car l’Etat s’est désengagé de l’investissement hospitalier...).

Ainsi, cette vidéo doit servir à faire prendre conscience que rien n’est inéluctable, la victoire de la grève du Rouvray le prouve, qu’il s’agit de choix politiques que chaque hôpital, clinique, EHPAD, service, doit constituer des comités en lien avec les organisations syndicales et s’organiser pour préparer des marées blanches au plus vite !

- Plus d’informations sur la page facebook CGT CHU Toulouse

Les derniers articles de Basta ! sur le sujet :
- 15 000 suppressions de postes dans les hôpitaux attendues cette année
- Aux urgences, des milliers de patients passent la nuit sur des brancards

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos