ça bouge ! Luttes sociales

« Nous refusons d’être la variable d’ajustement de ces patrons-licencieurs »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Face à la multiplication des plans sociaux, les salariés du groupe touristique Tui, qui entend supprimer les deux-tiers de ses effectifs en France, et une vingtaine de syndicats appellent à manifester ce samedi 23 janvier à Paris pour interdire les licenciements. Nous relayons ici l’appel.

Durant cette année, la crise sanitaire du Covid-19 a décomplexé les patrons de manière inédite. Avec la complicité du gouvernement, ils licencient à tour de bras et les chiffres sont éloquents et dévastateurs :

  • 30 plans de licenciements par semaine en octobre
  • 1 million de suppressions d’emplois d’ici fin 2020
  • 657 plans de licenciements comptabilisés entre le 1er mars et le 22 novembre 2020
  • Suppression massive de postes dans les hôpitaux et services publics
  • 500 milliards d’argent public versé aux entreprises sans aucune contrepartie
  • Et pendant ce temps... le Cac 40 réalise son meilleur chiffre depuis 30 ans... honteux !

Nous refusons de payer leur crise ! Et c’est la raison de l’appel des Tui, ce grand groupe du tourisme qui veut supprimer 600 emplois sur 900 en France. Ces salarié·e·s, les Tui, n’ont pas hésité fin octobre à tenter de regrouper les forces pour en finir avec les licenciements en lançant un appel public au regroupement pour frapper ensemble.

Nous refusons d’être la variable d’ajustement de ces « corona-profiteurs », de ces « patrons-licencieurs » qui continuent à se remplir les poches, alors que nos emplois sont supprimés ou délocalisés à l’étranger pour le seul profit des actionnaires. L’argent injecté par l’état devait servir à maintenir nos emplois, pas à les supprimer massivement. Il est temps de s’unir et de résister tous ensemble... S’unir pour ne plus subir ! Séparément nous n’y arriverons pas, mais tous unis derrière un seul but nous pouvons inverser le rapport de force et faire cesser cette hécatombe.

Faisons un front commun. Élaborons ensemble un plan de bataille pour en finir avec les licenciements et les délocalisations. Il faut intensifier les luttes, participer massivement aux rassemblements et aux piquets de grève. Que localement, chacune et chacun d’entre nous soutienne les travailleurs en lutte pour rompre l’isolement, apporter de la solidarité, et convaincre le plus grand nombre. Rendons visible la destruction massive d’emplois qui nous plonge dans la précarité : faisons interdire les licenciements

C’est pourquoi nous appelons tous les salariés à nous rejoindre : Manifestation nationale samedi 23 janvier à Paris • 14 h • Assemblée nationale.

Ce n’est que le début d’un Front commun contre la mise à mort de nos emplois dans les entreprises, les hôpitaux et les services publics.

Premiers signataires : CGT TUI France, Sud PTT 92, CGT General Electric Villeurbanne, UNSA Transdev Visual, CGT Cargill, SUD Renault Guyancourt, UD CGT 92, INFO’COM-CGT, Fédération Sud Commerce, CGT Ministère du Travail, CGT hôtels de prestige et économiques (CGT HPE), Fédération Sud PTT, Collectif CGT Monoprix, Union syndicale Solidaire...

- Télécharger l’appel des TUI et l’affiche pour la manifestation nationale du 23 janvier contre les licenciements

Nos précédents articles sur le sujet :
- L’exercice du droit syndical de plus en plus entravé dans les services publics (21 janvier 2021)
- La longue grève des salariés de Verallia pour protéger une industrie locale face à « la logique de la finance » (13 janvier 2021)
- Michelin supprime 2300 emplois mais pas le dividende des actionnaires (7 janvier 2021)
- Danone, Total, Sanofi : des milliers de suppressions d’emplois pour convenance boursière (25 novembre 2020)
- « On nous a déjà pressé le citron, Kretinsky va prendre le reste » : le business de la fin des centrales à charbon (10 novembre 2020)
- « Ce sont des milliardaires, nous on est des pauvres, et on va leur tenir tête » : la colère monte dans l’hôtellerie (16 octobre 2020)
- Allô Bercy : ces entreprises du CAC40 qui profitent sans contrepartie des aides publiques Covid (12 octobre 2020)
- Fermeture d’usines médicales et suppression d’emplois : « Ils n’ont rien appris de ce qu’il s’est passé » (19 juin 2020)

En bref

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos