L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des informations qui font sens, utiles à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Mais interviewer, filmer, photographier, écouter, se documenter, vérifier – et écrire – demande du temps, et de l’argent. En accès libre, sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance éditoriale dépendent de votre engagement dans cette aventure.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

À lire sur Libération

Air France : « C’est leur mépris qui a tout fait dégénérer »

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Deux semaines après les incidents, Pascal Maquet, manutentionnaire, est convoqué ce mardi en vue de son probable licenciement. Arrêté et gardé à vue, il dénonce un traitement disproportionné.

Ce matin du 12 octobre, il est un peu plus de 6 heures quand Pascal Maquet regagne son appartement de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), après une nuit passée à décharger des palettes sur le tarmac de l’aéroport de Roissy. Comme à chaque fois qu’il rentre du travail à l’aube, ce manutentionnaire chez Air France prend une douche, avale des somnifères, puis s’apprête à se coucher quand il entend tambouriner à la porte. « Vous savez pourquoi on est là ? » s’enquiert un des trois agents de la Police de l’air et des frontières (PAF) qui se présentent face à lui. « Non », rétorque naïvement Pascal Maquet, sommé de se rhabiller. Dans la voiture qui le ramène vers Roissy à tombeau ouvert, il pique du nez sous l’effet des cachets. Avant de reprendre peu à peu ses esprits dans la cellule où il est enfermé en attendant son premier interrogatoire. Le début de trente heures de garde à vue.

Une semaine plus tôt, le 5 octobre, une manifestation en marge du comité central d’entreprise a dégénéré au siège d’Air France. Les images surréalistes de deux cadres de l’entreprise escaladant une grille pour échapper à la foule, leur chemise en lambeaux, ont fait le tour du monde. Comme quatre autres de ses collègues, tous encartés à la CGT, Maquet a été formellement identifié sur plusieurs vidéos...

Lire l'article

Vidéos

  • Loi travail L’affaire du barrage forcé de Vitrolles : pour la première fois les principales victimes s’expriment face caméra

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos