L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des informations qui font sens, utiles à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Mais interviewer, filmer, photographier, écouter, se documenter, vérifier – et écrire – demande du temps, et de l’argent. En accès libre, sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance éditoriale dépendent de votre engagement dans cette aventure.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

À lire sur Libération

Aides à la presse : la haine n’est pas du journalisme

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Fleur Pellerin souhaite conditionner les aides à la presse à « l’absence de condamnation pénale pour incitation à la haine raciale ». Ce qui vise directement « Minute », « Rivarol » ou « Valeurs actuelles ».

Etendre les aides directes à la presse aux magazines « à faibles ressources publicitaires » ­(Society, Charlie, le Monde diplo, ­Politis, Causette...), comme c’est le cas pour les quotidiens. Mais conditionner ce soutien d’argent public à « l’absence de condamnation pénale pour incitation à la haine raciale ».

Tel serait le projet de la ministre de la Culture (qui a déjà privé des aides postales la presse télé et people). Ce qui vise de fait – et c’est l’objectif prêté à Fleur Pellerin – les titres d’extrême droite comme Minute, ­encore condamné récemment pour sa une raciste sur Christiane Taubira, mais aussi la publication antisémite Rivarol.

A Valeurs actuelles, Yves de Kerdrel, ­le patron de l’hebdo successful de la droite extrémisée et de l’extrême droite plus ou moins dédiabolisée, condamné au printemps dernier pour « provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les Roms », a illico dénoncé « cette nouvelle intimidation du pouvoir socialiste ». Et rien de moins qu’une attaque « frontale » contre la liberté de la presse.

Lire l'article