L’équipe de Basta ! s’engage à vous donner accès à des actualités qui font sens et à des analyses sérieuses et dont les sources ont été vérifiées. Nous diffusons une information d’intérêt général, accessible à tous, utile à l’indispensable transformation sociale, écologique et économique de notre société. Tout cela prend beaucoup de temps et nécessite de l’argent. Sans revenus publicitaires et sans actionnaires, nos ressources et notre indépendance dépendent de votre engagement dans cette aventure. Aidez-nous à atteindre 80 000 €, afin que nous puissions continuer à enquêter et produire de l’information en toute indépendance.

Soutenez Basta Soutenez une information indépendante

À lire sur StreetPress

A Lesbos, pécheurs, légistes et ONG redonnent un nom aux migrants morts en mer

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

En 2014, plus de 5.000 migrants sont entrés en Europe via Lesbos. Dans le cimetière de l’île, les tombes anonymes s’accumulent au rythme des naufrages. Reza l’Afghan a pu retrouver la dépouille de son frère, grâce au travail des habitants.

Île de Lesbos, en Grèce une nuit de l’hiver 2012. Bien que le temps soit encore doux, les bateaux sont au port : la mer est démontée. Au cœur de la tempête, l’île dort encore quand les premières informations parviennent au petit port de Thermis. Un bateau a sombré au large, les garde-côtes ont déjà ratissé la zone, mais ils ont besoin de renforts.
La suite, on me l’a déjà racontée depuis que je suis arrivée à Mytilène, la grande ville de l’île, à quelques kilomètres au sud du port. J’ai bien vu des photos dans les journaux de l’époque. Mais c’est comme quand on parle de 300 morts à Lampedusa, l’île italienne, et de tous les naufrages qui s’accumulent au fil des années, on essaie d’imaginer mais on ne comprend pas vraiment. Or, quand Christos raconte, j’ai la chair de poule :
« On a retrouvé leurs corps partout ici. Dix sur la plage, les uns à côté des autres, un au milieu de la mer, déchaînée, un autre au milieu des rochers. Il était couvert d’algues et n’avait plus que ses chaussures. »

L’image est extrêmement dure. Elle reste collée dans ma rétine. Et je les vois, les 300 morts.

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos