Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 28377 € sur 100000 € !

28.38%

À lire sur Reporterre

Yann Arthus-Bertrand : « C’est ridicule ce que vous dites »

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

A bientôt 70 ans, l’infatigable écolo en hélico ne désarme pas. En 2009, son film Home nous alertait sur l’état de la planète, nous incitant à la protéger. Il aurait été vu par 600 millions de personnes. Avec Human, Yann Arthus-Bertrand se demande pourquoi « on n’arrive toujours pas à vivre ensemble ».

Le résultat est une sélection de témoignages, tous sur le même fond sombre, qui nous parlent de l’amour, de la guerre, de la pauvreté, du bonheur, le tout entrecoupé d’images vues du ciel. Les quarante mêmes questions ont été posées à plus de deux mille personnes dans soixante pays.

La sortie est prévue pour le 12 septembre, avec ensuite une projection devant l’assemblée des Nations Unies, une autre à la Mostra de Venise, une sortie dans les cinémas, et même sur Google. France 2 doit le programmer dans le mois qui vient, puis à partir du 22 septembre, mairies, ONG et associations pourront organiser gratuitement des projections.

A Reporterre, on s’est dit que ce nouveau film événement était l’occasion de rencontrer Yann Arthus-Bertrand, et de tenter de comprendre pourquoi ce personnage consensuel hérisse les poils de beaucoup d’écolos convaincus. Entretien à bâtons rompus.

Pourquoi sortir un film sur l’humain alors qu’à la fin de l’année c’est du climat que l’on parlera, avec la Conférence de Paris ?

Yann Arthus-Bertrand - J’ai assisté à pas mal de COP [« Conference of Parties », c’est-à-dire les conférences de négociation sur le climat de l’ONU, ndlr], je filme la déforestation, la glace qui fond, j’ai fait des films, des émissions télé pour amener des solutions, etc. Je crois qu’on est arrivés au bout de tout ça. Désormais on a besoin de plus d’amour, plus de vivre ensemble, de moins de cynisme et de scepticisme. En fin de compte ça rejoint l’écologie. C’est une façon différente de regarder le cœur des gens, tout simplement.

Votre film, grâce à la force des témoignages, est très touchant. Mais au-delà de l’émotion, quel est le message ?

Le message c’est que c’est toi qui vas changer le monde, personne d’autre. C’est à toi de te sentir humain, c’est à toi d’aimer un peu plus les autres. Faut arrêter de toujours demander aux autres de faire ce que l’on n’a pas envie de faire. C’est ce que dit Gandhi : « Sois toi-même le changement que tu veux voir dans le monde. »

Aujourd’hui je pense que le monde écolo est un monde de combat. Ce n’est pas comme cela que je vois l’écologie. Je la vois beaucoup plus amoureuse, et pleine de bienveillance. On est dans un monde un peu paranoïaque où tout le monde cherche à se bagarrer les uns contre les autres alors qu’on devrait s’aimer un peu plus. J’écoutais la radio hier sur les députés verts et ça m’horripilait, je ne me sens plus en accord avec tout ça.

Parlons de votre engagement écolo. Que pensez-vous de l’énergie nucléaire ?

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos