Entretien

« Vue d’aujourd’hui, la Révolution française est une immense leçon d’optimisme »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Que peut nous enseigner aujourd’hui la Révolution française ? Une crise économique, des privilèges établis, une dette terrible, une aspiration du peuple à l’égalité et au bonheur... La situation de 1789 ferait-elle écho à la nôtre ? Entretien avec Eric Hazan, éditeur et écrivain, qui invite à garder vivante la mémoire de ces moments d’incandescence révolutionnaire, à en préserver l’inspiration, face à ceux qui ne voudraient y voir qu’un « trouble malencontreux venu bouleverser de façon sanglante le mouvement général vers le libéralisme ».

Basta ! : Castes privilégiées, classes laborieuses paupérisées, crise économique, caisses du royaume quasi vides, dépenses inconsidérées de la Cour… Autant d’éléments qui font étrangement écho à la situation économique actuelle. La crise a-t-elle été le principal déclencheur de la Révolution ?

Eric Hazan [1] : Si l’on se met dans la peau d’un sujet de Louis XVI, un minimum conscient de la situation en mars 1789, avant la tenue des états généraux : il sait qu’il y a une dette terrible, que le Trésor est en faillite. Les intérêts de la dette mangent la moitié des recettes du royaume ! Il sait aussi que sous Louis XV, la France a déjà fait faillite, et ne remboursait plus la dette tout en augmentant les impôts. Un scénario « à la grecque », dirait-on aujourd’hui. La situation économique n’a cependant pas été le principal déclencheur de la Révolution. Dette ou pas, le trône de Clovis, de Saint-Louis ou de Louis XIV paraissait installé pour l’éternité. Comme l’économie de marché aujourd’hui : c’est comme ça et puis c’est tout. Le Roi de droit divin, on n’y touche pas ! Trois ans plus tard, la royauté était par terre. C’est le principal enseignement de la Révolution : avoir eu lieu. Cela nous montre que les évènements qui semblent les plus improbables, voire impossibles, peuvent survenir. En cela, c’est un événement très encourageant pour aujourd’hui.

Distinguez-vous des similitudes entre ceux qui appartenaient aux ordres privilégiés – noblesses, hobereaux de province, ecclésiastiques – et ce qu’on appelle aujourd’hui l’oligarchie ou « les 1% » dénoncés par le mouvement Occupy Wall Street ?

On ne peut pas pousser la comparaison trop loin. On estime le nombre de nobles et de « têtes ecclésiastiques » entre 120 000 et 350 000, ce qui représente environ 1,6% de la population française de l’époque. Les 4 000 familles de la noblesse de Cour profitent de nombreuses largesses : pensions, soldes des officiers, charges de la maison du roi et des princes. L’Eglise perçoit la dîme, payée en nature sur toutes les terres, et liée principalement à la récolte du blé. Mais les privilégiés du temps de Louis XVI ne travaillaient pas. C’est bien ce qui distingue la noblesse à Versailles ou les petits hobereaux de province de tous les autres. Le travail était quelque chose de complètement dévalorisant. Aujourd’hui, à leur façon, les privilégiés travaillent.

Les ordres privilégiés de l’époque s’appuient sur les droits féodaux : dîme, droits seigneuriaux, impôts en tout genre. N’a-t-on pas basculé dans une économie similaire, basée sur le versement d’une rente à de puissants acteurs économiques : rente du logement, de l’eau, de l’énergie, du transport ?

Le principal impôt royal est la taille. S’y ajoutent d’énormes impôts indirects, comme la gabelle, la taxe sur le sel, collectée par la ferme générale. Les droits seigneuriaux, c’est particulier. Il y a d’abord le pognon : les paysans, qu’ils soient propriétaires ou non, donnent en argent ou en nature une partie de leur production aux seigneurs. Ils sont aussi soumis à une série énorme de dispositions très humiliantes et vexatoires, énumérées par Tocqueville : droit d’assise sur les animaux servant au labourage, droit des bacs seigneuriaux pour passer les rivières, droit de creuser des fontaines, droit de pêche, droit de chasse… « Ainsi, sur toute force naturelle, sur tout ce qui végète, se meut, respire, le droit féodal a étendu ses prises », écrit Jean Jaurès [2]. Et bien sûr, le droit de corvée. Rien ne ressemble aujourd’hui à la corvée, à part peut-être le salariat ? La nuit du 4 août 1789, une partie de ces dispositions humiliantes sont supprimées : toutes les corvées, tout ce qui ne se paye pas. Ainsi que la dîme, versée à l’Eglise, soit 10% de tout ce qu’on récoltait. Les nobles continuent cependant de percevoir l’argent. Il faut attendre l’été 1793 pour que l’on puisse affirmer que tous les privilèges sont terminés.

Quand le droit de vote commence à être instauré, seuls les citoyens avec un certain niveau de revenus y ont accès – les « citoyens actifs ». Les plus pauvres – les « citoyens passifs » – n’en disposent pas…

Des assemblées primaires élisent des grands électeurs qui élisent les députés. Mais pour voter, il faut être inscrit sur le registre des impôts. La législative repose sur un suffrage censitaire masculin. Robespierre était contre ce suffrage censitaire. Il estime que cela favorisait l’élection de notables. Ainsi, à la Convention, ne siégeaient que deux ouvriers et peut-être un seul laboureur. Si l’on s’en tient à la composition sociologique, la Convention n’est pas plus représentative que l’Assemblée nationale d’aujourd’hui !

Comment, dans ces conditions, les mouvements populaires ont-ils pu influencer l’Assemblée nationale ?

Pourquoi la Convention a quand même fait entendre la voix du peuple ? D’abord parce que le peuple était là, dans les tribunes. On le voit dans les comptes-rendus des débats : « Tonnerre des tribunes », « acclamations », « huées ». Les députés délibèrent sous la pression du peuple. Et surtout, il y a les délégations et les pétitions envoyées par un département ou un village. Tout est consigné par des sténographes ou les journaux qui publient les comptes-rendus de séance – ceux-ci peuvent aller jusqu’à 100 pages ! La moitié des pétitions et des délégations sont pour remercier la Convention. Quelquefois, c’est pour admonester les citoyens législateurs. C’est, par exemple, une délégation de Mennecy, dans la Brie (Seine-et-Marne, ndlr), qui contribue à lancer la déchristianisation : elle vient dire aux députés qu’elle ne veut plus de curés, qu’elle souhaite que leurs saints patrons soient remplacés par Marat et Rousseau. Cela entraînera un décret de la Convention. En février 1793, ce sont les blanchisseuses qui jouent un rôle important. Dans leur travail, autour des lavoirs, elles ont la possibilité de discuter. Elles viennent protester contre les « accapareurs » et le prix du savon qui a fortement augmenté. La Convention ajourne leur prise de parole. Elles partent en criant : « Quand nos enfants demandent du lait, nous ne les ajournons pas au surlendemain ! »

Le rôle prédominant de la population parisienne en mesure de manifester et d’influencer les lieux de pouvoirs n’a-t-il pas été finalement un obstacle à la compréhension de certaines mesures révolutionnaires en province ?

Pour pallier à ce décalage, il existe le système des clubs des Jacobins. Ils disposent de plus de 1 000 sociétés dans toute la France, jusque dans des villages. Les clubs s’envoyaient des adresses dont chacun débattait. C’est un grand instrument de diffusion des idées révolutionnaires.
Parler de jacobinisme comme on en parle aujourd’hui, comme une dictature parisienne tatillonne et bureaucratique, c’est complètement idiot. A Paris, le Club des jacobins a été détruit après la réaction thermidorienne (qui voit triompher, à partir de 1794, la droite bourgeoise et économiquement libérale, ndlr) ainsi que le lieu qui l’abritait à Paris, le couvent situé Place du Marché-Saint-Honoré.

La révolution voit apparaître de nouvelles formes d’expression, comme l’éloquence politique – le roi n’avait pas à s’exprimer en public – et de nouveaux médias : journaux, lectures publiques d’articles, discours au sein des sociétés populaires… Quel rôle jouent-ils ?

Un grand discours de Robespierre est imprimé à 300 000 exemplaires. Les discours importants sont placardés dans les espaces publics ou publiés dans les journaux. Des almanachs révolutionnaires sont aussi diffusés, comme celui du député de Paris Collot d’Herbois. L’analphabétisme étant massif, les journaux sont lus en public dans les cafés. Cela permet des discussions collectives, pas comme aujourd’hui où les gens sont individualisés devant leur écran d’ordinateur ou de télé. Finalement, je crois que les gens étaient très bien informés, bien mieux qu’aujourd’hui.

Cela n’a pas empêché des rumeurs de se propager…

L’historien François Furet a beaucoup insisté sur le rôle des rumeurs, notamment celle des complots, internes ou de l’étranger, provoquant une sorte de paranoïa. En fait, tous les complots ont finalement eu lieu ! La fuite du roi, la trahison de La Fayette, la coalition des monarchies européennes contre la République, des généraux passés à l’ennemi…

Des mesures très répressives contre la liberté d’opinion ont progressivement été instaurées, au prétexte de protéger la révolution, ce qu’on a appelé la Terreur…

Savez-vous combien de personnes ont comparu devant le grand tribunal révolutionnaire de Paris sur une année ? 4 000, avec 2 500 condamnations à mort. Soit un peu plus de 10 par jour. C’est évidemment beaucoup. Mais penser que tout le monde est terrifié, ce n’est pas la réalité. Il y a des départements où aucune exécution n’a lieu. A Paris, la vie est joyeuse, les théâtres sont pleins. Nous sommes loin du tableau que l’on a ensuite dressé de la Terreur. Ce qui est terrible, ce sont la guerre civile en Vendée, la répression à Lyon et dans la vallée du Rhône, à Marseille et Toulon, qui causent des dizaines de milliers de morts. La guerre a tout fait basculer. Robespierre, que l’on a accusé ensuite de vouloir instaurer une dictature, était contre la guerre. Cependant, une fois qu’elle était déclarée, il fallait absolument la gagner. En cas de défaite, ce n’était pas seulement un bout de territoire que l’on perdait, c’était la Révolution.

Mais n’est-ce pas une dérive de toute révolution – de 1789 à 1959 à Cuba en passant par 1917 en Russie – de se dévorer elle-même ?

C’est l’une des questions les plus importante à réfléchir : que fait-on après la révolution et comment traite-t-on ses ennemis. Si on leur coupe la tête ou si on les jette en prison, c’est l’échec assuré. A ma connaissance, il n’existe aucun travail théorique sur le sujet : personne ne réfléchit sur ce qui se déroule après. C’est l’une des raisons pour lesquelles il ne se passe rien aujourd’hui. Personne n’a envie de sauter dans l’inconnu sans parachute ! Donc chacun bricole.

S’il y a une volonté de changement aujourd’hui, voire un mouvement révolutionnaire, pourra-t-il être européen ?

Ce sera peut-être comme le printemps des peuples en 1848, déclenché par la révolution de février, à Paris, qui voit l’avènement de la seconde République. Les dates de déclenchement des insurrections qui ont suivi en Europe sont clairement liées au temps de propagation des nouvelles : à Bruxelles en un jour, à Budapest en une semaine. Un bouillonnement comme celui qui s’est produit en 1789 était quelque chose de tout à fait improbable. Les blanchisseuses n’avaient pas lu Rousseau ni Helvétius ! C’est dans l’élan, dans le mouvement, que cela s’est produit. Que les femmes du peuple parisien prennent d’assaut l’Hôtel de ville en octobre 1789 pour s’emparer des fusils et des canons, puis qu’elles aillent chercher le roi à Versailles, nous paraît aujourd’hui complètement invraisemblable. C’est une immense leçon d’optimisme, avec le bémol de la guillotine.

Recueilli par Ivan du Roy

@IvanduRoy sur twitter

A lire : Eric Hazan, Une histoire de la Révolution française, La Fabrique éditions, 2012, 408 pages - 22 euros. Pour commander ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site Lalibrairie.com.

Photo : extrait du tableau « La Liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix (1830)

Vidéos

  • épicerie itinérante Marchands ambulants de produits bio, le nouveau visage de l’économie sociale dans les campagnes

    Voir la vidéo
  • Greenwashing Avec Air France, compenser les émissions carbone des riches peut nuire gravement à la santé des pauvres

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos