ça bouge ! Santé publique

Une semaine pour développer les alternatives aux pesticides

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

La 9ème Semaine pour les alternatives aux pesticides aura lieu du 20 au 30 mars 2014. Pendant les dix premiers jours du printemps, période de reprise des épandages de pesticides, il s’agit d’informer les citoyens sur les enjeux tant sanitaires qu’environnementaux des pesticides. Mais aussi sur les alternatives aux produits phytopharmaceutiques, au travers de centaines de manifestations partout en France et dans 26 autres pays. Basta ! relaie l’appel.

Fin 2013, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll annonçait une baisse de 5,7 % de l’usage des pesticides en 2012. Or, quelques jours plus tard, des informations montraient que les données 2012 exploitées n’étaient pas complètes et que de fait l’on constatait surtout une stabilité des données. La France reste ainsi le premier pays européen utilisateur de pesticides. Début 2014, une loi était adoptée par le Parlement français visant à interdire à terme l’usage des pesticides dans les zones urbaines et à la vente aux non professionnels (lire notre article). Oui mais voilà, son entrée en vigueur ne se fera qu’en 2020 et 2022, et des dérogations seront toujours possibles. En outre, cette loi ne concerne pas le milieu agricole qui reste – et de loin – le premier utilisateur des pesticides. Pendant ce temps, la bio peine à se développer malgré les objectifs prévus et l’on en vient même à condamner un viticulteur bio qui ne veut pas avoir recours aux pesticides qu’on lui impose.

Contexte international

En Europe, l’actualité de 2014 est marquée par le dossier des Perturbateurs Endocriniens (PE) qui comptent nombre de pesticides et que l’UE ne semble pas presser d’aborder de manière sérieuse ce qui a d’ailleurs inquiété le gouvernement Suédois. De même, les accords de libre-échange (TAFTA) font craindre des renoncements et retours en arrière sur la règlementation européenne des pesticides. Pendant ce temps, le Sri Lanka interdit le glyphosate, la substances active du Roundup® soupçonné d’être PE, et l’herbicide le plus vendu au monde.

« Il reste donc crucial de poursuivre le travail de sensibilisation et d’information de la population et des dirigeants sur les dangers des pesticides et leurs alternatives, comme le fait la Semaine pour les alternatives aux pesticides depuis près de 10 ans maintenant » explique François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

La Semaine pour les alternatives aux pesticides ?

Lancée en 2006 et coordonnée par Générations Futures – la Semaine est un événement citoyen national et international annuel ouvert à tous visant à promouvoir les alternatives aux pesticides. Pendant les dix premiers jours du printemps, période de reprise des épandages de pesticides, toutes et tous sont invités à mieux s’informer sur les enjeux tant sanitaires qu’environnementaux des pesticides et sur leurs alternatives par le biais de centaines de manifestions organisées dans de nombreuses régions.

En 2014 :
- 700 évènements validés mi-mars et une dizaine d’autres en attente de validation
- 27 pays engagés soit onze de plus qu’en 2013 (dont le Costa Rica, l’Argentine, le Mexique, le Vietnam, Haïti ou le Portugal)
- 54 partenaires nationaux et internationaux soit vingt de plus qu’en 2013
- environ 300 acteurs locaux

Comme chaque année, la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides va s’appuyer sur des actions locales, nationales et internationales pour se faire entendre, comme par exemple :
- le lancement par cinq ONG fin février du projet « 0 phyto 100% bio ! » en vue de recenser, valoriser, interpeller et encourager les collectivités vers une démarche de réduction des pesticides et de promotion de l’agriculture biologique. Une carte nationale de ce recensement sera rendue publique le 20 mars ;
- une grande chaine de jardinerie a lancé une opération de collecte des pesticides pour permettre aux jardiniers amateurs de se débarrasser de ces toxiques ;
- une action sur le dossier des perturbateurs endocriniens sera organisée le 25 mars avec une opération d’affichage intitulée « stop aux pesticides PE » ;
- au Parlement européen est organisée la projection de « La mort est dans le pré » d’Eric Guéret montrant le combat d’agriculteurs victimes des pesticides. Plusieurs personnes qui témoignent dans le film seront présentes pour la projection.

Beaucoup d’autres événements seront organisés localement et nationalement à découvrir sur le site et dans le Dossier de presse Semaine sans pesticides.

Voir la carte des événements en cliquant ici.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos