Mobilisations

Tensions et affrontements autour d’un projet de barrage dans le Tarn

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Dans le Tarn, l’été n’a pas affaibli la mobilisation contre un projet de barrage qui engloutirait l’une des dernières zones humides du département (voir notre article). Depuis le 27 août, trois membres du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet ont entamé une grève de la faim devant le Conseil Général. Leur objectif : que les élus et l’État daignent leur répondre. « Le Conseil Général et la Préfecture refusent depuis un an de répondre à nos questions précises sur le projet (besoins réels, coûts, bénéficiaires…), explique Ben Lefetey, porte-parole du Collectif. Ils rejettent toute idée de débat public contradictoire, notamment pour expliquer pourquoi il passe outre tous les avis défavorables des scientifiques, experts, commission d’enquêtes publiques. J’ai décidé de commencer une grève de la faim pour obtenir ces réponses et ce débat contradictoire ». De leur côté, le Conseil général et la Préfecture arguent que les enquêtes publiques ont eu lieu fin 2012 (voir ce courrier).

Dans une lettre au Conseil général, les grévistes de la faim dénoncent également l’envoi sur le terrain « de forces de l’ordre disproportionnées (…) pour mater une opposition légitime ». Depuis octobre 2013, le Collectif Tant qu’il y aura des bouilles occupe la zone pour empêcher les travaux. Après plusieurs expulsions successives et une première décision de justice en leur défaveur en janvier 2014, l’opposition au projet a cependant permis de repousser les opérations de défrichement. Le dernier week-end d’août a été marqué par un regain de tensions entre forces de l’ordre, qui ont procédé à plusieurs interpellations, et occupants de la zone. Bien que des arrêtés du Conseil général y interdisent la circulation et le camping, rassemblements et occupations se poursuivent. Le déboisement de la zone du futur barrage a finalement commencé ce 1er septembre en présence d’une centaine de gendarmes.

Dans une lettre commune, six organisations associatives et syndicales [1] pointent les nombreuses similarités avec la lutte contre le projet d’aéroport près de Nantes. Absence de débat public, coût considéré par certains comme « exorbitant », projet estampillé d’intérêt général profitant surtout à des intérêts privés…« A Notre Dame des Landes, le gouvernement s’est engagé à ce que les recours déposés contre le projet de transfert d’aéroport soient examinés par la justice avant que les travaux ne puissent commencer, écrivent-ils. Les organisations signataires exigent que le même principe soit appliqué pour le projet de barrage de Sivens. » Une pétition est en ligne pour soutenir les grévistes de la faim. Aller plus loin :
- Tarn : mobilisation contre un projet de barrage destructeur de zones humides
- Les soutiens se multiplient pour sauver la zone humide du Testet, sur Reporterre
- Un film de 30 minutes relatant la lutte contre le projet de barrage de la forêt de Sivens

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos