Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 27927 € sur 100000 € !

27.93%

À lire sur AFP (blog)

Reporter à Gaza, au milieu des enfants de la guerre

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

GAZA, 2 aout 2014 – Cette guerre à Gaza n’est pas la première guerre que j’ai couverte. Ce n’est d’ailleurs pas la première guerre que j’ai couverte à Gaza. Je suis allée en Syrie, en Libye. J’avais déjà vu ces horreurs qui accompagnent tous les conflits armés. J’avais déjà vu des enfants morts, mais jamais comme pendant cette guerre à Gaza. Jamais autant, jamais aussi souvent.

Tout le monde aime ses enfants, à Gaza comme ailleurs. Mais ici, l’affection publique est toute particulière, c’est une fierté que n’altère en aucune manière les idées de sphère privée ou de réserve. Tout le monde veut vous montrer les photos de ses enfants. Les hommes dégainent leur portable encore plus vite que les femmes. J’ai vu des photos de la plupart des enfants du personnel de mon hôtel. Mon réceptionniste préféré, Ayman, a deux fils, dont l’une a la peau claire et les yeux pâles. Mahmoud, le gardien barbu de l’hôtel, toujours souriant, a trois fils, dont le plus jeune, me dit-il avec une fierté mêlée d’un brin d’embarras, est « aussi joli qu’une fille ».

On voit des enfants partout à Gaza. Ils se pressent autour de vous dans les camps de réfugiés et les écoles gérées par l’Agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), où plus de 240.000 personnes ont trouvé refuge dans une très grande précarité après avoir fui leur foyer depuis le début des hostilités, le 8 juillet, entre le Hamas palestinien et Israël.

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos