Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 29399 € sur 100000 € !

29.4%

Justice

Relaxe pour un vigneron bio qui avait refusé d’épandre un insecticide

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône (Rhône) vient de relaxer, ce 15 décembre, le viticulteur Thibault Liger-Belair. Ce dernier était poursuivi en justice pour avoir refusé de traiter son vignoble avec un insecticide, ce qu’exigeait un arrêté préfectoral en Saône-et-Loire (notre précédent article). Dans une vidéo extraite du documentaire « Insecticide mon amour », Thibault Liger Belair motivait les raisons l’ayant conduit à désobéir à la loi :

_

C’est un vice de forme qui a finalement conduit à la relaxe de Thibault Liger Belair. « La citation est valable, en revanche, la procédure ne l’est pas, faute de validité de l’arrêté préfectoral », a expliqué son avocat à la sortie de l’audience, selon le site Vitisphère. Le ministère de l’Agriculture aurait dû signer préalablement l’arrêté préfectoral pris à l’époque, ce qui n’a pas été le cas, invalidant celui-ci. C’est la même faute de procédure qui a également signifié l’arrêt des poursuites contre Emmanuel Giboulot, un autre viticulteur poursuivi pour les mêmes faits en Côte d’Or. Il ressort de cette affaire que les pulvérisations obligatoires du vignoble ont été imposées par l’État dans des conditions illégales. Le ministère public peut faire appel de la décision sous dix jours.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos