Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 30772 € sur 100000 € !

30.77%

Textile

Quand un article de Basta ! contribue à l’essor d’une coopérative au Bangladesh

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

En novembre dernier, Basta ! racontait l’histoire de la coopérative textile Oporajeo fondée au Bangladesh par des ouvrières rescapées du Rana Plaza (lire notre reportage). Cet immeuble, qui abritait des ateliers de sous-traitants de grandes marques internationales de vêtements, s’est effondré en avril 2013, faisant 1130 victimes et des milliers de blessés. La coopérative Oporajeo a connu un destin chaotique : en mars 2015, ses locaux sont ravagées par un incendie qui oblige la coopérative à déménager. Le feu a détruit la plupart des machines et 19 000 sacs qui venaient d’être fabriqués pour une entreprise suisse. Les exportations sont annulées. Sur les 80 ouvriers, seuls une dizaine restent en permanence, moins pour travailler que pour ne pas avoir à rester chez eux, avec leurs cauchemars et leurs angoisses, traumatismes de l’effondrement.

En décembre dernier, après la parution de l’article sur Basta !, Li & Fung France, filiale française d’une grande entreprise de Hong Kong, a contacté, via sa branche bangladaise, Oporajeo pour commander des échantillons de sacs en coton. Le négociant chinois, qui approvisionne l’Europe et les États-Unis, « projette de commander un million de pièces par an », s’enthousiasme Kazi Monir Hossain, l’un des fondateurs de la coopérative. Si tel est le cas, 75 ouvriers auront du travail chez Oporajeo. En attendant, la coopérative améliore ses conditions de fabrication pour obtenir les certificats de conformités de plus en plus demandés par les clients internationaux.

Photo : © Axelle de Russé

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos