Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros. Pour tout savoir sur notre campagne, cliquez ici.

Avancement de la campagne : 35242 € sur 100000 € !

35.24%

ça bouge ! Festival

Proche Orient : ce que peut le cinéma pour la liberté et la démocratie

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Des courts ou longs métrages, des fictions et des documentaires venus d’Égypte, d’Iraq, d’Iran, d’Israël, de Libye, de Palestine et de Syrie. C’est le vaste programme que vous propose la 7e édition du festival « Proche Orient : ce que peut le cinéma » qui se déroule du 20 au 29 novembre au cinéma Les 3 Luxembourg à Paris. Cette édition est dédiée à Stéphane Hessel ainsi qu’aux réfugiés fuyant les guerres du Proche-Orient. Une trentaine de films seront projetés, la plupart inédits en France, et neuf débats animeront chaque soirée, du conflit israélo-palestinien au chaos libyen, en passant par le calvaire des femmes égyptiennes, les racines de Daesh, les ruines de Gaza…

Créée en 2003, notre biennale cinématographique consacrée au Proche-Orient déroulera sa 7ème édition du 20 au 29 novembre 2015. Une trentaine de films (courts et longs métrages, fictions et documentaires) seront présentés et chaque soirée sera ponctuée par un débat centré sur un grand thème et animée par des personnalités concernées : réalisateurs, chercheurs, journalistes, historiens, politiques…

Cette édition sera une nouvelle fois inspirée par tous ceux et celles, qui, chacun à leur manière, par leur refus, dans leurs actes de tous les jours, dans leurs écrits ou dans leurs films ont le courage de dire non, non à la violence injustifiée, non à l’humiliation de l’autre et oui à la justice et au droit d’exister dans la dignité. Le Proche-Orient s’enfonce dans le désespoir et la destruction. Dans une telle situation, que peut le cinéma ?

Le cinéma peut nous aider à connaître les autres autrement qu’à travers le bruit et la fureur. Une image peut être plus efficace, plus éloquente et plus puissante que toute parole, même si elle exige parfois un commentaire afin que son sens ne soit ni manipulé, ni déformé. Le conflit israélo-palestinien, le droit du peuple palestinien à disposer pleinement de sa propre terre et de son propre État resteront évidemment au cœur de notre initiative. Mais notre programmation témoignera aussi de la vie quotidienne des sociétés d’autres pays de la région : l’Égypte, l’Irak, l’Iran, le Liban, la Syrie, entre autres et des retentissements que toutes ces guerres ont sur eux.

Par notre engagement et les liens créés depuis 2003, nous avons tissé des relations de confiance avec un grand nombre de réalisateurs militants pour la défense de la liberté et de la démocratie dans leur pays. Notre manifestation leur permet non seulement de diffuser leur dernière œuvre, mais aussi de rencontrer et d’échanger avec d’autres cinéastes qui, comme eux, sont confrontés à des problématiques sociales dans leur pays.

Nous souhaitons dédier particulièrement cette édition à toutes les populations du Proche-Orient qui ont subi et subissent encore des destructions tant physiques que morales insoutenables.

Retrouvez la programmation sur le site What can cinema do et sur la page facebook dédiée.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos