Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 29664 € sur 100000 € !

29.66%

Communiqué de presse

Pourquoi des laboratoires pharmaceutiques rémunèrent-ils des médecins pour des études scientifiquement contestées ?

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Des milliers de médecins rémunérés par des laboratoires pharmaceutiques, comme Servier, Sanofi, Abbvie, Novartis ou Ipsen : étonnant, non ? C’est le principe des « études observationnelles » : dans la perspective d’améliorer « la vie des patients » et la performance de leurs médicaments, une entreprise pharmaceutique propose à des médecins de leur faire remonter les données qu’ils collectent – tolérance, effets indésirables... – auprès des patients suivis. Patients à qui sera donc prescrit le médicament en question. Un médecin peut ainsi recevoir jusqu’à 1200 euros par patient suivi, comme le révèle notre enquête.

Cette pratique, légitimée par un objectif scientifique, pose cependant question. Le but de ces études est-il réellement médical ou plutôt commercial ? Ces études peuvent porter sur plusieurs milliers de patients : autant de nouveaux clients qui achèteront un médicament d’une marque précise, et potentiellement remboursé par la Sécurité sociale. Quelle est l’ampleur de cette pratique ? En Allemagne, 12 000 médecins conventionnés ont participé à ce type d’étude, soit un médecin conventionné sur dix. Et en France ? Difficile d’obtenir des informations sur les médicaments concernés, le montant des honoraires, ou le nombre de patients observés. Quid des données scientifiques collectées ? Sont-elles rigoureusement traitées ? Et si un médicament est finalement jugé inefficace, qu’advient-il ?

Notre enquête « Comment des laboratoires pharmaceutiques rémunèrent des médecins pour des études scientifiquement contestées » publiée ce 20 octobre sur Bastamag.net vise à répondre à ces questions et à éclairer un véritable enjeu de santé publique.

Bonne lecture !

- Accéder à l’enquête

Contact presse : Simon Gouin
06 83 19 94 75
simongouin@bastamag.net

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos