Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 29711 € sur 100000 € !

29.71%

À lire sur Le Monde

Polémique autour de la conseillère scientifique en chef de Bruxelles

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Vers la fin de l’année 2011, José Manuel Barroso a eu une idée. Le président de la Commission européenne allait placer dans son entourage une personnalité scientifique d’envergure susceptible de lui prodiguer « des conseils d’expert indépendant sur toute question liée à la science, à la technologie ou à l’innovation ». L’idée était a priori excellente : il n’est pas anormal pour un décideur de vouloir s’attacher une sorte de cornac chargé de le guider, pour ce qui touche à l’environnement, la santé ou l’agriculture, dans le maquis compliqué de la littérature savante, des avis d’experts, des vraies et des fausses controverses scientifiques.

En janvier 2012, une biologiste moléculaire écossaise au curriculum vitae impeccable, Anne Glover, fut donc nommée conseillère scientifique principale (CSP). Elle affronte, deux ans et demi plus tard, un tir de barrage inédit. Le 19 août, 23 organisations non gouvernementales (ONG) ont adressé une lettre au futur président de la Commission, Jean-Claude Juncker, pour demander la suppression pure et simple de son poste. Les ONG mettent en garde M. Juncker sur l’existence même du CSP, estimant qu’il pose « un problème fondamental car il est trop dépendant d’une seule et même personne et nuit aux recherches et aux évaluations scientifiques de fond menées par ou pour les directions de la Commission ».

« Les lobbyistes de l’industrie ont compris depuis longtemps que plus l’avis scientifique est concentré dans les mains d’une seule personne, plus il est facile de le contrôler », ajoutent les ONG, qui s’insurgent en outre de ce que les conseils prodigués par le CSP ne soient pas publics. En réponse, plusieurs voix se sont élevées, dans la communauté scientifique ou les milieux industriels, pour défendre le CSP.

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos