Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 29711 € sur 100000 € !

29.71%

ça bouge ! Casseroles

Nuit Debout invite à une assemblée de séparation du Medef et de l’Etat

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Séparer le Medef de l’État, comme un siècle plus tôt l’Église et l’État. Tel est l’objectif de l’assemblée à laquelle invite Nuit Debout le vendredi 20 mai de 17h à minuit devant le siège du Medef, après l’adoption sans vote de la loi travail. « Les privilégiés entendent imposer leur monde : nous avons maintenant le devoir de les bloquer », lancent les « communautés affectées par le Medef » : chômeurs, intermittents, mal logés, intérimaires... Un concert de casseroles est prévu.

Le Medef n’aura même pas eu besoin de travailler au corps les députés : le gouvernement Hollande - Valls, aux ordres, a dégainé le 49.3 pour étouffer le débat parlementaire et assommer le mouvement social. C’est là le coup de matraque le plus révoltant qu’on se sera pris depuis le 9 mars.

Avec nos syndicats, un mouvement de grèves et de manifestations s’est levé début mars dans toute la France. Depuis le 31 mars avec Nuit Debout nous occupons les places et faisons converger nos luttes et nos projets. De la loi travail à l’Unedic, les privilégiés entendent imposer leur monde : nous avons maintenant le devoir de les bloquer. Prenons-nous en au véritable commanditaire, le Medef, au nom duquel nos droits et la démocratie sont foules au pied !

Salarié.e.s et précaires, étudiant.e.s et lycéen.ne.s, syndicalistes, citoyen.ne.s, artistes, juristes, chercheur.e.s, mettons le Medef en accusation et imaginons ensemble ce que serait notre loi ! Nous pouvons gagner, cela ne dépend que de nous.

Ci-dessous, la lettre ouverte que nous adressons ce jour à M. Gattaz pour le convier à cette assemblée !

- Au programme :

- Arrivée en fanfare et casseroles

- Interventions et témoignages de communautés affectées par le MEDEF avec :
Geneviève Azam (militante altermondialiste et écologiste)
Fatima-Ezzahra Benomar (commission féminisme)
Samuel Churin (intermittents et précaires)
Fred Dubonnet (commission économie politique)
Jean-Baptiste Eyraud (sans voix, droit au logement)
Théo Lubin (militant antiraciste)
Lucie Watrinet (plate forme paradis fiscaux et judiciaires)
Un.e membre de la commission travail social

- Assemblée populaire : débat « pour notre loi Travail » introduite par Emmanuel Dockès, professeur de Droit social et coordinateur de l’Autre Code du travail,

- Cérémonie de séparation du MEDEF et de l’Etat et appel à actions

- Concert de fin de vie commune

Plus d’informations : évènement Facebook. Lieu de l’assemblée : Avenue Bosquet - Métro 8 - Ecole Militaire
Télécharger le tract

Lettre ouverte à Monsieur Gattaz, président du MEDEF

A Paris le 18/05/2016

Cher Monsieur, 

Ce vendredi 20 mai, sous vos fenêtres de l’avenue Bosquet à partir de 17h, se tiendra une Assemblée de séparation du MEDEF et de l’Etat, organisée par la Nuit Debout et à laquelle nous souhaitons vous inviter.

En effet, plusieurs représentants de communautés affectées par le MEDEF prendront la parole, et il nous semble justice que vous puissiez leur expliquer les raisons des sévices que vous leur faites subir. Parmi ces communautés, les chômeurs, les intermittents et précaires, les mal-logés et sans logis, les syndicalistes victimes de répression, les femmes discriminées dans le travail, les jeunes racisés et discriminés à l’embauche, les militants écologistes et les écosystèmes, les travailleurs et usagers des services publics, les citoyens qui payent normalement leurs impôts, etc...

Dans l’espoir que vous saurez convaincre les participants à l’Assemblée que l’ordre des choses auquel vous présidez est le meilleur possible, que la démocratie règne dans notre pays et qu’il n’y a pas lieu de séparer le MEDEF de l’Etat, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, que nous resterons toujours debout.

La commission Convergence des Luttes, Nuit Debout Paris

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos