Plus qu’une résistance

Notre-Dame-des-Landes : bienvenue en zone libre

par , Ivan du Roy, Laurent Guizard

  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Ce qui se joue à Notre-Dame-des-Landes va bien au-delà d’une simple résistance locale à un projet d’aéroport contesté. L’ampleur de la mobilisation du 17 novembre montre que ce petit coin de bocage breton devient le symbole de la lutte pour une véritable transformation écologique et sociale. Une aspiration que le gouvernement ne semble pas avoir du tout compris. Reportages à lire et à regarder.

L’alternance est passée, l’autisme est resté. « Cet équipement est en projet depuis très longtemps, le débat public a eu lieu depuis 2003, donc tout le monde a été entendu. Il a été déclaré d’utilité publique. Donc force à la loi », a déclaré la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, au lendemain de l’importante manifestation de Notre-Dame-des-Landes. « L’Etat sera ferme (…). Il y aura en temps utile des évacuations, parce que nous devons être déterminés », a martelé à son tour le ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

Telle est la réponse du gouvernement à l’importante mobilisation du 17 novembre, dans un petit bourg breton perdu au milieu du bocage, entre Nantes et Rennes. Le temps où François Hollande et le PS incitaient le gouvernement précédent à « entendre la colère, trouver les formes du dialogue » et « modifier son projet en conséquence » semble bien lointain. Mais « opposer systématiquement un mur à la mobilisation sociale » risquera de coûter cher [1]. « Il faudra qu’ils militarisent la zone jusqu’en 2017 », prévient Michel Tarin, un agriculteur à la retraite qui a refusé l’expropriation. Un mois après l’opération « César », menée par au moins 500 CRS et gendarmes mobiles, appuyés par des hélicoptères, qui visait à expulser des maisons abandonnées les personnes qui s’y étaient installées, tout est à refaire.

Les « casseurs » sont devenus bâtisseurs

Le cortège s’étire sur 5 kilomètres sur l’asphalte qui traverse le bocage et la « zone à défendre » (ZAD). Un joyeux mélange de générations, de régions et de pratiques militantes. Les « occupants » – les « squatteurs » selon la préfecture – ouvrent la marche. Beaucoup ont choisi de dissimuler leur visage, par crainte du harcèlement policier. « C’est leur réussite », confie Marie, habitante d’un village voisin. Pendant un mois, ils ont tenu tête à la présence policière et à la multinationale Vinci, concessionnaire du futur aéroport. « 150 jeunes qui étaient, soit tournés en ridicule, soit traités de terroristes. S’ils n’avaient pas été là, les travaux de Vinci seraient bien plus avancés. » Suit un long convoi de dizaines de tracteurs, halant des remorques chargées de planches, de poutres, de bottes de paille pour l’isolation, de matériaux divers et variés : l’opération « Astérix », pour reconstruire ce que les forces de l’ordre ont détruit.

Le paradoxe est amusant, et révélateur. Ce ne sont plus les « minorités violentes », les « anarcho-autonomes » ou « l’ultra-gauche », qui brisent, cassent et brûlent, mais bien gendarmes et policiers sur ordre du représentant de l’Etat. Les « casseurs » tant décriés sont devenus bâtisseurs. « Force est de constater que s’il n’y a pas de présence policière à Notre-Dame-des-Landes, il n’y a pas non plus de violences ! », souligne l’Acipa [2], l’association qui regroupe habitants, agriculteurs et élus concernés par le projet.

L’alliance des « squatteurs », des associations et des élus

Puis vient le cortège, animé par des clowns, des batucadas et des chorales. Citoyens, paysans, syndicalistes et élus sont venus manifester leur solidarité aux occupants et leur opposition au projet de futur aéroport nantais. Environ 30 000 personnes, pour un défilé en rase campagne, alors que la pluie menace. Dans le ciel, les ULM des opposants ont remplacé les hélicoptères de la gendarmerie. Jean-Luc Bennahmias pour le Modem, Olivier Besancenot pour le Nouveau parti anticapitaliste, Jean-Luc Mélenchon pour le Parti de gauche et de nombreux élus écologistes sont venus exprimer leur soutien. La veille, une trentaine de parlementaires et de députés européens d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), dont José Bové, Noël Mamère et Jean-Vincent Placé, participaient, à l’aide de pieds de biche, à l’ouverture d’une maison murée par la préfecture. Un coup médiatique diversement apprécié. « Un hommage à nos pratiques », préfère ironiser un occupant. Mais lorsque le cortège s’ébranle, il est vivement demandé aux militants politiques de ranger leurs drapeaux, que ceux-ci soient rouges ou verts.

Portfolio

Une défiance à l’égard des partis institutionnels que comprend parfaitement Jacques Testard, militant d’EELV et membre de l’Acipa. « C’était leur journée. Ce sont eux qui morflent. Passer l’hiver dehors, je ne suis pas preneur. » La préfecture, relayée par certains élus nationaux a déployé bien des efforts pour diviser les acteurs de la lutte : « ultras » d’un côté, habitants et paysans expropriés ou élus mécontents de l’autre. En vain. « Sans les occupants, il ne se serait rien passé. Sans les associations, la solidarité aurait été difficile à organiser. Sans les élus et les partis, pas de recours juridiques faute de moyens pour les payer », rappelle Jacques Testard. Belle complémentarité.

« Démesure dépensière »

Menuisiers rennais, syndicalistes nantais, salariés de la filière bio en Avignon, néo-rural périgourdin, cyclistes belges, auto-stoppeurs suisses : Notre-Dame-des-Landes est en train de devenir un symbole. Le point focal pour tous ceux qui espèrent un changement de paradigme, tant social qu’écologique. Les uns dénoncent une nouvelle stérilisation de terres agricoles, alors que la France a perdu en quatre ans l’équivalent d’un département au profit du béton et du goudron [3]. D’autres, comme Pascal Dallé, agriculteur en bio et militant de Bretagne Ecologie, soulignent la singularité de ce bocage : une zone humide qui, outre le fait d’abriter une certaine biodiversité, joue le rôle d’éponge et de filtre pour l’eau. La zone est à la frontière entre deux bassins versants. Celui de l’Erdre qui coule vers Nantes et celui de la Vilaine qui traverse Rennes. Quelles conséquences en matière d’inondations entraînera la construction d’une chape de béton ?

Tous critiquent l’absurdité du projet, à l’heure du pic pétrolier et d’une croissance en berne. L’économiste Jean Gadrey fustige cette « démesure dépensière pour des grands projets inutiles ou nuisibles au moment du tournant de la rigueur inégalitaire ». L’aéroport coûtera au bas mot 600 millions d’euros aux contribuables. Aux dépens d’autres priorités, sociales ou éducatives. D’autant qu’une alternative existe : « L’optimisation de Nantes Atlantique apparaît plus génératrice de richesses pour la France que la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes », rappelait un cabinet d’études indépendant, il y a un an (lire notre article). Enfin, pour les militants les plus radicaux, plus qu’une lutte de résistance, les landes et les bocages convoités par Vinci sont l’occasion d’expérimenter un choix de vie en dehors du système capitaliste, de mettre en pratique à l’échelle d’un petit territoire d’autres formes d’organisation collective, d’échanges et d’autosubsistances.

Élan de solidarité

La journée du 17 novembre est donc bien plus qu’une manifestation. Le cortège s’égaille dans les champs où s’improvise un pique-nique géant. Pas le temps d’entamer une petite sieste mouillée, l’heure est à la reconstruction. Des chaînes humaines déchargent matériaux et cloisons de maisons préfabriquées. Planches, palettes et fenêtres s’enfoncent dans les sous-bois. Ici, ce sera une grande salle de réunion, là une cuisine collective, plus loin des petits dortoirs pour accueillir les familles expropriées ou les visiteurs de passage. Un peu partout des toilettes sèches aux pieds des marronniers et des plateformes de guet sur leurs cimes. Les clairières où s’érigent les maisons en bois ont été soigneusement sélectionnées : elles font encore l’objet de contestations juridiques et ne peuvent, en principe, être expropriées tant que les recours sont étudiés.

Les occupants, dont certains habitent la ZAD depuis deux ans, ne cachent pas leur émotion devant cet élan de solidarité. Au milieu du parcours, dans le hangar de « la Vache rit », l’impressionnante solidarité se vérifie. Des stocks de vêtements, d’aliments, de médicaments, d’ustensiles sont mis à disposition des « zadistes », qui y viennent se préparer pour l’hiver. « Ils tiennent parce qu’ils ont de vrais idéaux, un vrai courage », admire Marie, leur voisine. En 2017, habitera-t-elle à proximité d’un aéroport, avec ses pistes, ses parkings et ses bretelles autoroutières, ou à côté d’un coin de campagne où de nouvelles formes d’organisations sociales et de productions écologiques s’expérimenteront ?

Texte : Ivan du Roy

Photos : Laurent Guizard

Vidéo : Agnès Rousseaux

Vidéos

  • Souveraineté populaire Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises »

    Voir la vidéo
  • Mondialisation Crime environnemental : sur la piste de l’huile de palme

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos