ça bouge ! Appel

Notre-Dame-des-Landes : manifestation de réoccupation le 17 novembre

par

  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Dans toute la France, des initiatives se multiplient pour soutenir les opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Une grande manifestation de réoccupation est prévue le 17 novembre à Notre-Dame-des-Landes. Basta ! relaie l’appel.

La lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes n’a cessé de prendre de l’ampleur au cours des dernières années. Entre autres initiatives, un mouvement d’occupation s’est étendu sur les bâtis et bocages menacés. Il y a un an, face aux menaces croissantes sur les différentes maisons, cabanes et potagers, des habitant-e-s de la ZAD et collectifs solidaires appelaient à une manifestation de réoccupation en cas d’expulsion.

Quand César patauge...

Depuis le mardi 16 octobre, l’offensive redoutée a commencé. Les 1800 hectares de la ZAD ont été envahis par 1 200 policiers. Ceux-ci se sont attaqués petit à petit aux maisons et cabanes occupées qu’ils ont détruites et emportées minutieusement pièce par pièce hors de la zone, pour ne rien laisser qui puisse servir aux occupant-e-s. Les occupant-e-s et toutes celles et ceux qui les ont rejoint sur place ont résisté, barricadé, réoccupé. Ensemble, nous avons tout fait pour enrayer les machines de destructions et bloquer les mouvements policiers... Nous sommes toujours là !

Notre détermination a été renforcée par une grande vague de solidarité aux quatre coins de l’hexagone et au-delà : manifestations quotidiennes à Nantes et dans diverses villes, ravitaillement et soutien matériel, actions sur les représentations du PS, de Vinci et consorts, constructeurs de l’aéroport et broyeurs de nos vies.

Si la plupart des maisons en durs ont déjà été expulsées, ainsi que quelques cabanes, de nombreux autres habitant-e-s demeurent, dispersé-e-s dans les bois, les champs, dans les arbres. De nouvelles constructions sont déjà lancées. Outre les occupant-e-s, des habitant-e-s « légaux » et paysan-ne-s sont toujours menacé-e-s de devoir dégager de la ZAD dans les mois à venir. Autant dire que cette tentative d’expulsion est partie pour durer. Les gros malins de la Préfecture ont officiellement intitulé leur opération militaire : « César ». A nous de leur prouver que la résistance face à l’aéroport est effectivement « irréductible » et qu’eux seront finalement défaits et ridicules.

On ne lâche rien et on est toujours là !

Au delà de l’appel à rejoindre la zone et à poursuivre les actions solidaires dans les semaines à venir, nous confirmons aujourd’hui qu’une grande manifestation de réoccupation aura bien lieu le samedi 17 novembre 2012, au départ d’un des villages proches de la ZAD.

Après ce premier round d’expulsions, nous aspirons à un moment de mobilisation large, constructive et offensive, partagé par les différentes composantes de la lutte : occupant-e-s, agriculteur-rice-s, habitant-e-s du coin et d’ailleurs, associations et groupes solidaires.... L’objectif sera de reconstruire ensemble un lieu ouvert d’organisation sur les terres menacées. Nous voulons faire de ce lieu un carrefour pour les opposant-e-s, un point de départ pour de nouveaux habitats, une antenne pour organiser la résistance aux travaux à venir, autant ceux de l’aéroport que du barreau routier, première étape du projet censée débuter en janvier. Ils peuvent bien militariser la zone, ils ne nous empêcheront pas de nous y réinstaller.

Ayrault, Vinci et consorts - le message est clair - Dégagez des terres !

Plus d’infos sur : zad.nadir.org/

Télécharger le tract d’appel

Tous nos articles sur Notre-Dame-des-Landes

Vidéos

  • Souveraineté populaire Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises »

    Voir la vidéo
  • Mondialisation Crime environnemental : sur la piste de l’huile de palme

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos