Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 29399 € sur 100000 € !

29.4%

À lire sur L’Humanité

« La banlieue n’est pas un réservoir de coupables, elle est une partie de la solution »

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Co-président de la coordination nationale « Pas sans nous » et porte-parole du collectif AC LE Feu, Mohamed Mechmache a organisé lundi soir, à Bobigny et Toulouse, des « rassemblements républicains et solidaires contre la violence, les extrémismes et leur instrumentalisation »

Pourquoi ces rassemblements lundi soir ?

Mohamed Mechmache. Après le beau rassemblement de dimanche, on a pensé qu’il était important de faire quelque chose en banlieue, là on habite. Pour dire stop à toute cette violence et aux extrêmes, quels qu’ils soient. Stop à la stigmatisation aussi. Car nous sommes indirectement, en banlieue, les premières victimes de ce qui s’est passé. Ensuite, il va falloir construire l’après et parler du fond. C’est-à-dire d’analyser les échecs de ces trente dernières années. On parle d’intégration, de quartiers « oubliés de la République », de plus en plus d’enseignants se disent désabusés face à ce qui s’exprime à l’école. Nos responsables doivent s’interroger et reconnaître qu’ils ont « merdé ». La banlieue n’est pas un réservoir de coupables, elle est peut-être au contraire une partie de la solution. A condition qu’elle soit invitée autour de la table. Ce n’est pas faute d’avoir prévenu depuis très longtemps qu’on allait vers des dérives, qu’on était en train de glisser. Mais on n’a pas été entendu.

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos