À lire sur Alternatives économiques (blog)

Les passéistes ne sont pas ceux qu’on croit…

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Ainsi, n’étant pas d’accord avec les options économiques sociales et fiscales du gouvernement, je serais un passéiste qui n’a rien compris à la situation dans laquelle nous sommes, et d’ailleurs mon expérience ou plutôt mon absence d’expérience le démontre…

Si j’avais personnellement à utiliser le terme de passéiste, je l’appliquerais certainement à tous ceux qui attendent le retour de la croissance pour résoudre les problèmes auxquels nos sociétés modernes ont à faire face.

Je ne suis pas pour la décroissance, mais chacun sait que pour les 10 ans à venir, nous serons au mieux dans la zone des 1 à 1,5% dans nos pays développés, et que ces taux sont notoirement insuffisants pour créer massivement des emplois , particulièrement en France ou la dynamique démographique crée un solde arrivées/départs d’environ 200 000 personnes, et donc l’obligation de créer autant de postes pour les jeunes entrant sur le marché du travail chaque année (contrairement à nos voisins européens…).

Les marchés financiers dérégulés et obnubilés par la rentabilité de leurs capitaux investis continuent à pousser aux fusions et restructurations sans fin des entreprises, avec comme objectif prioritaire les fameuses « synergies » synonymes de réduction de personnel.

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos