À lire sur Rue 89 Lyon

Les étrangers malades dans le viseur de la préfecture du Rhône

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

En matière d’immigration, la préfecture du Rhône fait encore parler d’elle. Depuis un an et demi, les refus de délivrer des titres de séjour aux étrangers malades se multiplient alors qu’un autre service de l’Etat, l’Agence régionale de santé (ARS) considère qu’ils devraient rester en France pour se faire soigner.

Omar (prénom d’emprunt) est un tunisien de 28 ans. A Lyon depuis 2012, il travaillait dans les espaces verts. Omar est aussi atteint du VIH. Mais ça, jusqu’à peu, il n’y a que les médecins qui le savaient. Porter cette grave maladie l’a amené à être régularisé en 2013 car le traitement qu’il suit n’existe pas dans son pays d’origine. Comme toutes les personnes qui font une demande de régularisation au titre de la santé, Omar doit, chaque année, renouveler sa demande de titre de séjour auprès de la préfecture du Rhône.

Il voit alors un médecin agréé qui l’examine et fait le point sur son traitement. Celui-ci envoie un dossier médical à un autre médecin qui travaille pour l’Agence régionale de santé (ARS). A ce dernier la charge de dire si le patient doit rester en France pour des raisons de santé. Ce « MARS » (pour médecin de l’ARS, comme on dit dans le jargon) remplit ainsi une fiche disant si le traitement est disponible (ou pas) dans le pays d’origine. Au vu de la gravité des maladies, si le médecin de l’ARS estime que le traitement n’est pas disponible, expulser l’étranger peut signifier le condamner.(...)

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos