Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros. Pour tout savoir sur notre campagne, cliquez ici.

Avancement de la campagne : 35250 € sur 100000 € !

35.25%

Débattre Déchéance de nationalité

« Les élites politiques ne cherchent plus à susciter l’espoir mais à jouer sur la peur »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Incapable d’obtenir le moindre résultat en matière de lutte contre le chômage et les inégalités, le gouvernement se réfugie dans la manipulation de la peur et du repli sur soi, estime l’économiste Thomas Coutrot, porte-parole de l’association altermondialiste Attac. Car répondre au terrorisme par la déchéance de nationalité, c’est plonger dans un imaginaire où l’ennemi ne saurait être français. Il est tellement plus facile de pointer un « barbare » venu de l’étranger. « Pour en finir avec le terrorisme, faut-il éradiquer les terroristes au prix du renoncement à la liberté, à l’égalité et à la fraternité ? Ou bien faut-il prendre enfin au sérieux la devise de la République ? »

L’improbable basculement de François Hollande, de « président ordinaire » obnubilé par le chômage à « chef de guerre » implacable contre le terrorisme, est d’autant plus révélateur que le personnage semble à contre-emploi. Pathétique retour de virilisme, tout se passe comme si le chef de l’État, héritier malgré lui d’une tradition impérialiste, d’une force de frappe et d’un siège au Conseil de sécurité, ne pouvait résister à la tentation d’exhiber ses attributs militaires pour masquer une impuissance par trop criante en matière économique et sociale.

Lors de ses vœux de décembre 2012, François Hollande avait promis « d’inverser la courbe du chômage d’ici un an ». En décembre 2013, il vantait le « pacte de responsabilité » qui allait relancer la croissance, et en décembre 2014 le plan de « 315 milliards d’euros » du Président de la Commission européenne Juncker et la loi Macron qui allait « libérer les initiatives et développer l’emploi » (lire aussi : « Moi Président » : trois ans de dérégulation du droit du travail et d’augmentation du chômage).

Cette année, le ton a changé. Les attentats de 2015 l’autorisent à mettre au premier plan le terrorisme, la sécurité, l’état d’urgence, la patrie et la déchéance de nationalité pour les terroristes. Certes, mention est faite d’un « état d’urgence économique et social ». Mais la lutte contre le chômage, rituellement évoquée comme « première priorité », se réduit désormais à deux slogans : la « simplification du Code du travail » et un énième « plan massif de formation des demandeurs d’emploi ». Hormis l’évocation d’un énigmatique « programme de grands travaux pour la croissance verte » (sans financement nouveau annoncé), les marqueurs habituels du discours hollandiste - « maîtrise des déficits », « compétitivité », « emploi », « croissance » - ont disparu, comme usés d’avoir perdu tout lien avec le réel.

Avant le prochain krach boursier

Arrêtons-nous un instant sur les deux mesures évoquées. Les groupes du CAC 40 distribuent des profits records à leurs actionnaires, les inégalités flambent tout comme les cours boursiers – avant un prochain krach –, les banques croulent sous les liquidités déversées par la Banque centrale européenne. En même temps les investissements du secteur privé reculent et ceux du secteur public s’effondrent sous l’impact de l’austérité.

Que se passe-t-il alors dans le cerveau des économistes technocrates de Bercy ? Croient-ils véritablement pouvoir relancer l’emploi en simplifiant à nouveau les règles du licenciement ? Quand dix demandeurs pour la plupart sur-qualifiés se disputent chaque emploi, qui peut penser qu’on va réduire le chômage en formant les chômeurs ? Après trente années de chômage de masse et presque autant de « plans massifs de formation des chômeurs », chacun sait que ces plans peuvent tout au plus dégonfler la catégorie A des demandeurs d’emploi, pas entamer le chômage.

Le but réel est donc évidemment autre : comme toujours et encore, conforter la profitabilité du capital, véritable totem des politiques néolibérales depuis trente ans. En passant, ces mesures permettent comme par surcroît d’engranger un bénéfice idéologique secondaire mais non négligeable en assénant, avec le pilonnage médiatique adéquat, que le chômage provient non pas de l’avidité des détenteurs du capital mais de l’incompétence des chômeurs et des droits abusifs des salariés.

Assez de la « culture de l’excuse » !

La même question (« qu’ont-ils donc dans la tête ? ») se pose concernant la déchéance de nationalité. À une différence près : il ne faut pas chercher dans la tête des techniciens de la sécurité (aucun policier ne pense que cette mesure ne dissuadera un quelconque terroriste) mais dans celle des politiques. Car le bénéfice recherché, comme l’a reconnu Manuel Valls lui-même, est « hautement symbolique » : faire prévaloir la grille de lecture ethnique de la conflictualité sociale. Les « barbares » sont forcément (c’est le sens du mot en grec ancien) des étrangers. Les terroristes au passeport français ne sont donc pas de vrais Français. Pour mieux s’en convaincre, la France doit mettre en scène, jusque dans sa Constitution, ce déni de réalité.

Les contradictions et complexités à la racine du djihadisme français et international – la relégation et le mépris structurels, tolérés et parfois organisés depuis trois décennies y compris par la gauche, des immigrés et de leurs descendants, la montée mondiale de l’islam politique face notamment aux échecs de la gauche et du nationalisme arabe, l’interventionnisme militaire et la décomposition de l’ordre impérial au Moyen-Orient dans un contexte de lutte acharnée pour le contrôle des ressources pétrolières et gazières, etc... – sont donc ouvertement rejetées (assez de la « culture de l’excuse » !) au profit d’une « explication » inepte par la traîtrise ou l’inhumanité des auteurs. La patrie souillée par ces monstres doit se purifier imaginairement en les expulsant de son sein.

Des postures nationalistes, sécuritaires et guerrières

Point n’est besoin de sortir de Sciences Po pour constater ce jeu de vases communicants : la démission face à la précarité, aux inégalités et aux discriminations débouche sur les postures nationalistes, sécuritaires et guerrières. Les élites politiques ne cherchent plus à susciter l’espoir mais à jouer sur la peur. Dans un même mouvement vers la droite, elles s’exonèrent simultanément de toute responsabilité dans les montées du chômage, de l’insécurité et de la désespérance. Quant à la gauche de la gauche, elle s’est abîmée dans des conflits d’ambitions et d’appareils.

La question qui agite une partie de la classe politique, notamment au Parti socialiste, de savoir si la réforme constitutionnelle ne visera que les binationaux, ou permettra de déchoir n’importe quel Français, est sans doute importante : dans le premier cas, les enfants d’immigrés nés en France seront clairement désignés comme des suspects par nature. La reprise telle quelle par le couple exécutif de cette proposition du Front national signale assez son abdication de toute éthique minimale. À cet égard on peut comprendre le souci de certains, à gauche et même à droite, d’infléchir la réforme pour atténuer la stigmatisation des binationaux.

L’enjeu essentiel du débat est pourtant ailleurs : les djihadistes français, quelle que soit leur origine, sont-ils des monstres étrangers à la cité ? Ou bien nous tendent-ils le miroir hideux de la trahison par cette République de ses idéaux républicains égalitaires et solidaires ? Pour en finir avec le terrorisme, faut-il éradiquer les terroristes au prix du renoncement à la liberté, à l’égalité et à la fraternité ? Ou bien faut-il prendre enfin au sérieux la devise de la République ? Comment le faire si ce n’est en transformant profondément nos modes de vie, nos rapports à l’autre – donc aussi à l’étranger – et à la nature ? Inscrire dans la Constitution qu’un terroriste ne peut être français, c’est s’enfermer dans un monde imaginaire où les dangers ne sauraient venir que de l’étranger. C’est basculer dans le monde du Front national. Les gauches ont trahi ou failli, c’est aux mouvements sociaux de s’attacher à construire ensemble un projet désirable pour une transformation sociale radicale, démocratique et inclusive.

Thomas Coutrot

Photo : CC Gustave Deghilage

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos