Basta !, ce sont six journalistes et de nombreux contributeurs rémunérés, qui, chaque jour, enquêtent, décryptent et racontent, pour vous offrir une information de qualité. Le tout en accès libre afin que ces articles puissent être partagés et lus par le plus grand nombre. Basta ! n’est pas financé par des groupes industriels ou de la publicité. C’est pourquoi votre soutien est essentiel. Si vous pensez que Basta ! doit poursuivre son travail, prenez une minute pour faire un don. Merci !

Avancement de la campagne : 28688 € sur 30000 € !

95.63%

Energies sales

Le pétrole issu des sables bitumineux arrive en Europe

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Le sable bitumineux va t-il envahir l’Europe ? Ce pétrole très visqueux aggloméré à du schiste et du sable, dont l’extraction fait des ravages, arrive par petites quantités depuis 2009 sous forme de diesel, principalement aux Pays-Bas, à Gibraltar (Royaume-Uni), en Espagne et en France [1]. Un nouveau rapport révèle que Valero Energy, l’un des plus gros raffineurs nord-américain, projette d’en importer massivement via sa raffinerie située à Pembroke, au Pays de Galles. De son côté, la firme assure ne pas être impliquée directement dans l’extraction des sables bitumineux, mais admet que les produits pétroliers importés au Royaume-Uni sont susceptibles d’inclure des huiles extraites des sables bitumineux canadiens.

L’extraction des sables bitumineux en Alberta (Canada) a suscité l’une des plus importantes campagnes de désobéissance civile organisée pour une cause écologique, aux États-Unis (lire notre article). Ce pétrole « non conventionnel », considéré comme un nouvel eldorado par les compagnies pétrolières, est très décrié par les organisations écologistes pour ses conséquences environnementales et sociales majeures : déforestation, pollution des eaux et des sols, émission de 4,5 fois plus de gaz à effet de serre que l’extraction de pétrole conventionnel.

La Commission européenne souhaite pénaliser l’importation de pétrole issu des sables bitumineux. Une pénalisation à laquelle s’oppose le Royaume-Uni et... la France. La France a ainsi refusé de soutenir une directive européenne visant à désigner les sables bitumineux canadiens comme la forme de pétrole de loin la plus néfaste pour le climat (lire notre article). Un positionnement salué par la compagnie Total très présente dans les sables bitumineux d’Alberta.

- Télécharger le rapport Tar sands coming to town, publié par UK Tar Sands Network, Corporate Watch et Pembrokeshire Friends of the Earth.

Vidéos

  • épicerie itinérante Marchands ambulants de produits bio, le nouveau visage de l’économie sociale dans les campagnes

    Voir la vidéo
  • Greenwashing Avec Air France, compenser les émissions carbone des riches peut nuire gravement à la santé des pauvres

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos