Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 19937 € sur 100000 € !

19.94%

À lire sur Reporterre

Le halal se met au bio

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les consommateurs musulmans se préoccupent de plus en plus de leur alimentation. La production de viande à la fois halal et respectueuse du vivant se développe. Visite chez des pionniers des Lilas.

« On veut que ce soit bio, halal et excellent. Je veux que mon client se régale. Je veux qu’il mange top ! » Ainsi parle Karim Loumi, l’un des deux « jumeaux » de la boucherie éponyme, située aux Lilas (Seine-Saint-Denis). Lui et son frère sont fiers de se présenter comme les premiers bouchers halal et bio de France.

« J’étais attiré par la viande, les carcasses », raconte Karim. « Quand je passais devant une boucherie française, je me disais, pourquoi nous on n’a rien ? On n’a rien ! » En cause, la mauvaise qualité de la viande certifiée halal, le manque de contrôle sur l’origine et le travail des bouchers. « Les boucheries halal étaient souvent dégueulasses ». Passionnés par la culture de la boucherie à la française, où « on détaille énormément les pièces de viande », les deux frères se forment à l’École professionnelle de la boucherie (EPB).

Ils y rencontrent des enfants d’éleveurs qui leur montrent l’importance de l’élevage en agriculture biologique. « Pour moi, bio ou pas bio, cela ne voulait rien dire. Puis on m’a expliqué que dans l’élevage industriel, les bêtes mangent de la mauvaise nourriture, pour que l’élevage coûte moins cher. Dans le bio, ce n’est pas possible, il faut que l’animal mange bio et soit respecté. »

Après leur diplôme, les deux frères ouvrent rapidement leur boutique, en 2010 : « On voulait commencer à faire de la qualité. On prenait la meilleure qualité qui nous était proposée en halal. » Le marché halal bio est alors inexistant.

Malheureusement, les prix qu’ils affichent alors sont bien plus élevés que ceux des autres boucheries. « On s’est fait traiter de voleurs, on s’est fait insulter, les gens nous ont pris pour des gamins. »

Néanmoins, les jumeaux trouvent petit à petit leur clientèle : « Au début, ça n’a pas plu aux rebeus, mais ça a beaucoup plu aux autres. » Au point que, dans les premiers temps, 95 % de leur clientèle n’était pas musulmane. Depuis, « des gens ont découvert notre boutique et apprécient notre viande. Aujourd’hui nous n’avons plus que 40 % de non-musulmans. »

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos