Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros. Pour tout savoir sur notre campagne, cliquez ici.

Avancement de la campagne : 34462 € sur 100000 € !

34.46%

À lire sur Le Monde

Lassana Bathily, héros de la prise d’otages de Vincennes, bientôt naturalisé

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Après la prise d’otages meurtrière du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, à Paris, un nom a émergé comme une note positive au milieu de trois jours cauchemardesques : Lassana Bathily. A seulement 24 ans, ce Malien de confession musulmane qui travaillait dans le supermarché casher attaqué par Amedy Coulibaly est devenu un symbole. C’est lui qui a caché six personnes aux yeux du preneur d’otages, tué dans l’assaut des forces de police.

Dès le début de la prise d’otages, vendredi 9 janvier, peu avant 13 heures, Lassana Bathily a le réflexe d’aider six clients paniqués, dont un nourrisson, à se dissimuler dans l’une des deux chambres froides au sous-sol, en débranchant le système de réfrigération. « J’ai pas caché des juifs, j’ai caché des êtres humains », déclarera-t-il ensuite humblement à plusieurs médias.

Lassana Bathily réussit ensuite à sortir par la porte principale avant que le preneur d’otages ne baisse le rideau de fer. Il donnera ainsi aux policiers de la brigade de recherche et d’intervention (BRI), de la brigade anticriminalité (BAC) et du RAID (Recherche, assistance, intervention, dissuasion) de précieuses informations sur l’armement du terroriste, la présence de bâtons d’explosif, la topographie du magasin et le nombre d’otages.

Le patron du RAID, Jean-Michel Fauvergue, a décrit au Monde un « mec super malin », « un type remarquable ».

DE LA DEMANDE DE PAPIERS À LA NATURALISATION

Né le 27 juin 1990, originaire d’un village de la province de Kayes, dans l’ouest du Mali, Lassana Bathily est arrivé en France en mars 2006 pour rejoindre son père. « Ma mère n’a jamais pu nous rejoindre, elle est actuellement toujours au Mali », raconte-t-il au site France 24.

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos