ça bouge ! Médias libres

Lancement de Radio Passagers, la voix des migrants

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Radio Passagers veut produire des programmes radiophoniques à destination des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile. C’est une radio libre d’un nouveau genre, associative et joyeuse, pour informer, rassurer et fédérer « ceux qui passent », en Afrique, en Europe. Par le biais d’un outil universel : le téléphone portable. Simplement, gratuitement, cette radio entend tenir compagnie à ces hommes et ces femmes qui, sur les routes, sont coupés du monde.

Le journaliste et écrivain Léonard Vincent lance sur la plateforme ulule.com un projet de financement participatif pour la création dès cet automne d’un nouveau média, Radio Passagers, la voix des migrants.

De sa longue expérience à Reporters sans Frontières, Léonard Vincent a gardé le goût d’une information indépendante et combattive. Auteur d’un livre sur l’Érythrée [1], il a pris part à la création de Radio Erena, une radio érythréenne indépendante basée à Paris. C’est actuellement le seul média qui émette en direction de l’Érythrée à échapper à la censure totale du dictateur Issayas Afeworki. Ce petit pays de la Corne de l’Afrique est considéré selon les indicateurs internationaux comme le plus totalitaire au monde, Corée du nord comprise (Lire L’Érythrée, rouge et invisible, entretien avec Léonard Vincent, par Olivier Favier).

Voici la présentation du projet Radio Passagers par Léonard Vincent :

Une radio gratuite sur téléphone portable

« J’ai constaté, à l’occasion de mes nombreux reportages sur leurs routes d’exil, que la plupart des migrants croisés en Afrique et en Europe s’ennuient.

Laissés seuls, à l’écart des sociétés qu’ils traversent ou dans lesquelles ils patientent, ils vivent souvent dans un état de détresse et de vide psychique. Seule la compagnie de quelques « frères » et « sœurs », et parfois un livre, parfois la radio, parfois la télévision, leur permet d’accéder à un peu d’ailleurs, un peu d’imagination, un peu de lumière.

Personne ne s’adresse à eux, ne parle pour eux, de leurs problèmes, leurs expériences, du passé et de l’avenir, du présent pénible qui se perpétue. Personne ne vient occuper la place laissée vide par la dureté de l’exil.

Personne ou presque — car il arrive que ceux qui disent élever les consciences des migrants soient surtout les pasteurs de différents cultes, de sectes, ou de mafias...

Des programmes pour « ceux qui passent »

« Notre seule distraction, c’est d’aller au cyber-café de temps en temps, m’a dit l’un d’eux au Maroc. C’est notre seule manière de rester connectés au monde. »

L’idée de Radio Passagers est donc de proposer à « ceux qui passent » une plate-forme gratuite de programmes radiophoniques en français (pour commencer), téléchargeables sur téléphone portable (ou lecteur mp3, ou tout autre outil mobile), à écouter et réécouter à volonté, seul ou en groupe, et à partager.

Fictions radiophoniques, interviews, lectures, auto-fictions, confessions, phone-in’s, chroniques, débats... L’association Radio Passagers est un atelier radiophonique, un nouveau type de radio libre dont les programmes sont élaborés, animés et coordonnés par un producteur à plein temps à Paris.

Les reportages, ainsi certains programmes de terrain, sont fabriqués par les correspondants-pigistes de RFI ou d’autres médias francophones en poste dans les pays de transit ou de destination, ainsi que les migrants eux-mêmes.

Au-delà des frontières et des destins

L’objectif de Radio Passagers est avant tout de cultiver les migrants, fidèle au vieux maître Dostoïevski, selon lequel les paysans russes avaient besoin "de pain et de Shakespeare".

De les accompagner avec bienveillance et lucidité dans l’épreuve souvent douloureuse qu’ils traversent. De tromper l’ennui nécrosant des bidonvilles et des camps de tente, des appartements surpeuplés, des maisons squattées.

D’aider les migrants à mieux s’intégrer dans les pays où ils vivent en les éduquants sur leur environnement et le monde dans lequel ils évoluent.

De leur donner des pistes et des techniques pour apprendre un métier, une langue. De les informer sur les risques qu’ils courent, les espoirs qu’ils entretiennent.

De les maintenir liés les uns avec les autres, au-delà des frontières et des destins. »

Radio Passagers est déjà active depuis le début de l’année. Le projet détaillé, quelques voix de "passagers" croisés au Maroc, des bandes annonces, les derniers développements de la construction du projet sont régulièrement publiés sur les différents supports de la station : le blog, sur Facebook, sur Twitter (@radiopassagers).

Pour soutenir ce projet, c’est ici

A lire, un entretien avec Léonard Vincent, par Olivier Favier, sur le blog Dormira jamais

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos