Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 26612 € sur 100000 € !

26.61%

Impunité

La « présomption de légitime défense », une revendication qui monte dans la police ?

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Environ 200 policiers ont manifesté le 3 mai à Lyon, pour la troisième fois en quelques jours. Aux cris de « policiers en colère », ils étaient là pour dénoncer « la politique du chiffre » et la dégradation de leurs conditions de travail mais aussi, et surtout, pour soutenir leur collègue de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) poursuivi pour homicide volontaire. L’autopsie d’Amine Bentounsi a établi que le jeune homme de 28 ans a été mortellement touché « par une balle entrée à l’horizontale dans son dos ». Depuis la mise en examen de leur collègue, les manifestants revendiquent la « présomption de légitime défense », rebondissant sur l’annonce faite par Nicolas Sarkozy, qui reprend à son compte une des propositions du Front national.

Avec cette proposition, rappelle l’avocat-blogueur Maître Eolas, « il y a atteinte à l’égalité. Un policier est un citoyen comme un autre, mais avec un flingue ; il n’y a aucune raison de lui accorder des privilèges, au sens étymologique de loi privée ». Même dans les rangs de l’UMP, on hésite. En janvier 2012, Claude Guéant avait dénié la validité de cette proposition en craignant qu’elle octroie « un permis de tuer ». Pour le magistrat honoraire Philippe Bilger, cette proposition « ferait disparaître ce qui est fondamental pour la sauvegarde éthique et pratique d’une police républicaine : le contrôle qu’elle doit d’abord exercer sur elle-même ».

La plupart des affaires d’homicide par des policiers se sont soldées ces dernières années par des non-lieux ou des peines légères. Le Collectif de solidarité lyonnais énumère la longue liste de celles et ceux qui ont été tués par balles, rien que dans la ville de Lyon. « Nous ne pouvons plus cautionner ces crimes commis à l’occasion de contrôles d’identité, d’interpellations ou de garde à vue, souligne le collectif. Nous voulons prévenir la répétition de ces drames. » En 2009, une hausse de 50 % de dépôts de plainte à l’encontre de policiers pour ces mêmes faits a été observée.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos