Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.
Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 19482 € sur 100000 € !

19.48%

ça bouge ! Transition

La fermeture des petites écoles rurales est une catastrophe écologique : relocalisons-les !

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

En novembre aura lieu la grande conférence sur le climat à Paris. On n’y parlera probablement pas d’éducation et d’enfants. Quel lien entre les petites écoles et le climat ? C’est pourtant, aussi, dans une perspective écologique et de relocalisation des activités que leur disparition en zone rurale est aberrante. « Chaque maintien ou ouverture d’une petite école est une chance pour l’avenir », souligne la Fédération nationale de l’école rurale. Elle invite à un large rassemblement à Paris en vue de soutenir trois mesures urgentes, dont la création d’un label « École en transition ». Basta ! relaie leur appel.

Ceci est un appel…

C’est dire qu’il aimerait être entendu dans le tohu-bohu de la rentrée scolaire et des commentaires avertis.

Les années qui viennent, la disparition des dernières petites écoles est programmée par l’Éducation nationale sous forme de regroupements. Elle est programmée à grande échelle pour des raisons d’aveuglement gestionnaire (et donc en grande partie budgétaire).

Depuis des années, ces petites écoles sont en sursis et des bagarres locales essaient de les sauver tant bien que mal au nom de la défense des services publics et de la ruralité. Ce sont de bonnes raisons mais elles sont insuffisantes car il ne s’agit pas seulement de défendre pour conserver des acquis : il faut sauver les petites écoles pour préparer l’avenir !

Notre époque aspire à des transitions radicales dont la dimension écologique est majeure. Si la question du climat est bien la plus importante de notre vie future, et probablement la seule question qui vaille, alors nous devons en assumer toutes les conséquences dans l’engagement quotidien et les orientations politiques. Il faut poser aussi la question de l’école sur ce plan là.

L’idée force de la transition écologique est de relocaliser : la production, la consommation, les transports… et donc aussi l’école.

Chaque fermeture d‘une petite école est une petite catastrophe écologique :

- elle détruit un environnement humain de proximité (un village ou un quartier réuni autour de son école).

- elle déracine les enfants de leur milieu naturel de vie.

- elle pousse à une concentration des élèves dans des cités scolaires inadaptées.

- elle fait le bonheur des entreprises de transport (et des pétroliers) mais le malheur des enfants ballotés dès leur plus jeune âge dans les ramassages scolaires.

Chaque maintien – ou ouverture – d’une petite école est une chance pour l’avenir :

- elle propose un autre cadre éducatif, propice aux apprentissages et à un développement harmonieux, grâce au mélange des âges dans une même classe (hétérogénéité, petites structures,... comme pour l’agriculture biologique !).

- elle permet la prise en charge citoyenne par la collectivité des questions éducatives (enseignants, parents d’élèves, élus, amis de l’école)

- elle permet de conserver des infrastructures (locaux, matériels) indispensables dans la perspective de la relocalisation des activités humaines.

A quelques-uns, nous essayons de susciter un élan autour de ces questions. Nous nous retrouverons pour cela le 24 octobre à Paris en espérant réunir le plus de personnes possible, d’associations actives en milieu rural, de syndicats, d’élus et pas seulement des « professionnels de l’école ». Nous proposerons trois mesures urgentes :

- L’arrêt des fermetures des petites écoles de village ou de quartier.

- La création d’un conservatoire des classes uniques (sauver celles qui restent encore), laboratoires vivants pour une école à taille enfant.

- La création d’un label « École en transition » qui encouragerait toutes les initiatives locales.

Jean Pauly, Fédération Nationale de l’Ecole Rurale

Plus d’informations ici.

Contact secrétariat FNER baronmi(a)wanadoo.fr

Cet article a initialement été publié sur ce blog.

Photo de une : CC Allison Meier / FlickR

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos