À lire sur Télérama

L’algorithme dans la peau : de la nécessité d’apprendre à coder

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Il est à peine 9 heures, en ce matin ensoleillé de juillet. Une dizaine d’apprentis codeurs sont déjà à pied d’œuvre dans les locaux de Magic Makers, près du quartier Pigalle, à Paris. On les entend de la rue : non pas leurs doigts qui tapotent sur les claviers, mais des voix, qui traduisent l’agitation des sens et des neurones. « C’est le troisième jour de stage et les enfants sont à fond », lance, joviale, Claude Terosier. Cofondatrice de cette jeune entreprise avec Sébastien, son associé, elle est l’une des nombreuses personnes en France à croire en la nécessité d’enseigner le code informatique aux enfants. « Notre but n’est pas de former de futurs ingénieurs, tempère-t-elle. Il s’agit surtout de sensibiliser de futurs citoyens à l’informatique. Aujourd’hui, on ne fait plus rien sans ordinateurs, mais on sait de moins en moins comment ils fonctionnent. » Smartphones, voitures, fours, alarmes : le code, ce langage qui régit le fonctionnement de tous les appareils électroniques, est partout. Paradoxe : il n’a jamais été ­aussi invisible et insaisissable. « Le but, à terme, est d’aider les enfants, mais ­aussi bientôt les adultes, à reprendre la main sur ces machines qui nous échappent », renchérit Sébastien. Et, comme le héros du film Matrix, de percer le secret de la matrice du monde ?

Lila, Hector, Oscar et leurs copains de stage chez Magic Makers n’en sont pas encore là. Mais ce sont eux qui, demain, voteront de manière électronique, posséderont des imprimantes 3D à domicile et décideront eux-mêmes, peut-être, du périmètre de leur vie numérique. Avec, dans un coin de leur tête, cette équation, chère à l’essayiste américain Douglas Rushkoff : programmer ou être programmés ?

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos