Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 29534 € sur 100000 € !

29.53%

ça bouge ! Manger bio ?

« L’agriculture biologique et ses circuits démontrent qu’il existe des alternatives viables »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Vente à la ferme, marchés bio, magasins de producteurs, AMAP, systèmes de paniers, vente en ligne, restauration collective, circuits courts à vocation solidaire… De multiples initiatives ont été lancées pour dynamiser les circuits courts en agriculture biologique. Avec un objectif : faciliter l’accès des produits bio, tant du point de vue des prix que des réseaux de proximité. Du 19 au 27 septembre, les groupements de producteurs de la Fédération nationale de l’agriculture biologique invitent à venir découvrir les acteurs de la bio, à côté de chez vous. Et lancent une grande mobilisation pour fédérer les énergies citoyennes et interpeller les élus à la veille de la Conférence sur le climat.

Au programme : une semaine d’animations savoureuses, ludiques et variées dans toute la France (dégustations, fermes ouvertes, marchés, ciné-débats…). L’occasion de valoriser les atouts des produits bio, de découvrir les méthodes de travail des agriculteurs et de réfuter l’idée selon laquelle “manger bio, ça coûte forcément plus cher”.

La commercialisation de denrées alimentaires bio produites localement réduit en effet le nombre d’intermédiaires, diminue non seulement les prix, mais limite les émissions de gaz à effet de serre du fait d’un mode production biologique. Cela contribue aussi activement à renforcer la vitalité économique de nos territoires en favorisant un mode de production qui crée davantage d’emplois que l’agriculture conventionnelle.

Manger bio, c’est faire le choix d’une alimentation de qualité qui garantit des produits sans pesticides, sans engrais chimiques de synthèse ni OGM, et c’est aujourd’hui de plus en plus facile grâce au développement des circuits courts. Manger bio, c’est choisir des produits savoureux et c’est bon pour la préservation de l’environnement, l’amélioration du cadre de vie, comme pour l’économie locale.

Cette année, notre campagne “ Manger bio et local c’est l’idéal ” sera l’occasion d’interpeller nos élus à la veille de 3 échéances essentielles : la conférence internationale sur le climat (COP21), qui débutera le 30 novembre, à Paris ; les élections régionales, qui auront lieu les 6 et 13 décembre, et l’entrée en vigueur de la réforme territoriale, le 1er janvier 2016.

Dans un contexte de crise à répétition et de plus en plus aigües des prix agricoles, l’agriculture biologique et ses circuits de distribution démontrent concrètement qu’il existe des alternatives à la fois économiquement viables et respectueuses de l’environnement.

La bio ne représente cependant aujourd’hui en France que 4% des surfaces cultivées. Nos élus ont des leviers pour changer la donne. Dans le cadre de la réforme territoriale, les futures régions auront désormais les compétences qui permettront de penser et de mettre en œuvre des systèmes de production et de distribution alimentaire soutenables : c’est une chance qu’il ne faut pas laisser passer.

Nous, producteurs et productrices bio, sollicitons toute l’attention de nos élus et futurs élus. Partout où ceux-ci ont accompagné le mouvement, les pratiques des filières biologiques ont gagné en force, en étendue et en légitimité. C’est pourquoi, du 19 au 27 septembre, nous invitons à venir rencontrer les producteurs bio près de chez vous, à leur apporter votre soutien et à interpeller vos élus.

Photo : CC Luc Legay

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos