À lire sur Libération

HSBC : pas de pub pour les canards indociles

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

La banque HSBC a interrompu plusieurs achats d’espace commerciaux dans des journaux qui ont couvert l’affaire dite « SwissLeaks » d’incitation à l’évasion fiscale, dont « le Monde ».

« Est-il normal, lorsque l’on place des pages de pub dans un journal, de les retirer illico quand un article déplaisant paraît ? Pour le boss d’HSBC, la réponse est sans équivoque : c’est oui, et c’est simplement le business qui veut ça. Ce lundi matin, Stuart Gulliver présentait les comptes de son groupe à la presse, alors qu’un article du Guardian mettait en cause sa situation financière personnelle (Stuart Gulliver, qui est domicilié à Hongkong, cachait, d’après le quotidien, du pognon en Suisse). » Lire l’article de Libération.

La suspension des campagnes de HSBC ne se concerneraient pas uniquement les médias ayant participé à l’opération « SwissLeaks », la banque ayant préféré jouer profil bas pour le moment d’un point de vue communication, en attendant des jours meilleurs.

Le Monde ajoute : « Ces pratiques ne sont pas rares dans les relations entre médias et annonceurs. On se souvient par exemple qu’en France, le géant du luxe LVMH, suivi par d’autres annonceurs, avait privé de toute publicité le quotidien Libération suite à la couverture « Casse-toi riche con ! » visant son principal actionnaire, Bernard Arnault, le 10 septembre 2012. Un conflit d’un an qui avait privé Libé d’au moins 700 000 euros de recettes, selon certaines estimations, et contribué à détériorer ses finances. » Lire l’article du Monde.

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos