Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 32924 € sur 100000 € !

32.92%

À lire sur Revue Projet

« Finance : les ONG doivent descendre dans l’arène »

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Pendant trois ans, Thierry Philipponnat, ancien secrétaire général de l’ONG Finance Watch, a incarné la bataille contre les lobbies de la finance à Bruxelles. Son bilan des progrès enregistrés depuis la crise est précis, nuancé. Mais sans concession.

[Extrait]

N’y a-t-il pas une question de taille excessive du secteur bancaire et un métier de service à réinventer ?

Thierry Philipponnat – La part de l’économie nationale captée par le secteur financier s’est fortement accrue. D’industrie de service, la finance est devenue un objectif en soi. L’inversion de la fin et des moyens est complète. La finance a largement prospéré en profitant que les dés soient pipés en sa faveur. Avant la crise, le secteur financier engrangeait 40 % des profits dégagés par l’ensemble des entreprises américaines. Sans même parler du niveau des rémunérations. Désormais, les revenus des dirigeants continuent d’augmenter, notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne, même quand la rentabilité des banques est en baisse ou quand elles écopent d’amendes d’un niveau inédit infligées par les régulateurs…

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos